samedi 29 décembre 2012

LA GAUCHE : l’ennemi du peuple.


En préambule à ce texte dont le titre  peut paraitre au moins exagéré sinon provocateur, je tiens à rendre hommage au journaliste Hervé Algalarrondo, qui  plus est le rédacteur en chef adjoint du Nouvel Observateur, organe on ne peut plus représentatif de la gauche bobo. Ce qui rend encore plus surprenant son courage d’attaquer dans deux opuscules la politique de la gauche dont l’un a inspire mon titre : La gauche contre le peuple.(1)
J’analyse la responsabilité de la gauche pour les malheurs des gens du peuple, les sans grade qui désespèrent des trahisons successives, ininterrompus, de la part de socialistes français. Sous le vocable « gauche » je m’adresse uniquement aux socialistes et leurs alliés proches, car pour moi les communistes et les trotskistes n’ont jamais été de gauche ni dans leur actions ni dans leurs buts finaux. Ceux-ci, vulgairement dénommés « extrême gauche » sont simplement des adeptes d’un type de dictature crypto-fasciste dont les nombreux peuples ont déjà « goutés » les fruits.
Revenons donc à la gauche appelée modérée, historiquement  défenseur du peuple, des exploités, des gagne-petit, des ouvriers, artisans et petits employés. Elle les a abandonnée, les a trahis tout simplement. Le bilan de cette trahison est tellement épouvantable, tellement monstrueux, que la révolte gronda et elle s’est manifesta dans les urnes : le « petit peuple » dans une proportion   éclatante, a déserté le vote socialiste, pour se retrancher vers la droite et le FN.
 J’analyserai plus bas chaque domaine dans lequel la gauche a fait preuve d’une abominable traîtrise de sa base populaire. Mais d’abord, soulignons une preuve éclatante de cette thèse, par le rapport du think tank socialiste  Terra Nova (2) ; ce dernier, sans aucune pudeur, sans aucun sens moral mais avec la morgue et le mépris caractéristique des  gens de la « haute » envers les humbles,  a conseillé au PS l’abandon du peuple français, à la faveur de « l’ouverture aux différences, une attitude favorable aux immigrés, à l’islam, à l’homosexualité… » Cet aspect du divorce entre le peuple et la gauche a été  bien mis en évidence dans une émission de France Culture, opposant Jean-François Kahn au président de Terra Nova, Olivier Ferrand. Je ne suis, loin de ca, un fan de J-F Kahn, mais je ne peux pas m’empêcher d’applaudir à sa conclusion : si le peuple déserte la gauche, c’est que le peuple a mal tourné ! C’est la doxa des socialistes.

Insécurité, une première traîtrise
Qui se rappelle ce qu'étaient  il y a pas si longtemps, les banlieues et les quartiers populaires, peuplés par des artisans, des petits commerçants, employés et ouvriers, vivant en une certaine harmonie. Ces gens ont été petit à petit abandonné (par tous les gouvernements, c’est vrai)  à des gangs de dealers, des malfrats dangereux et des excités religieux qui imposent par la force leurs lois du plus fort. Dans ces « territoires perdus de la République » les gens du peuple qui avaient les moyens se sont enfuis, les autres sont obligés de supporter les oukases des caïds de toute sorte et de leurs bandes de sicaires sauvages.
Devant ce phénomène, l’attitude de la gauche s’est résumé longtemps à déclarer qu’il ne s’agit pas de l’insécurité mais « d’un sentiment d’insécurité » comme si le problème se résumait à une question de déviance psychique ! Si enfin, la réalité a commencé à dessiller les yeux grands fermés de ces belles âmes, ce n’est pas dans la réalité qu’elle se concrétisa. Le nouveau gouvernement a nommé l’impayable Christiane Taubira  Ministre de la Justice, une des plus grandes catastrophes dans l’équipe actuelle, bien que pas la seule. Elle commença par annoncer la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs comme celle des peines plancher et globalement moins de répression. Le message fut rapidement compris par la pègre, le nombre de crimes et actes de grand ou moyen banditisme se sont multipliés comme des petits pains. Le pauvre Manuel Valls ne  fait que  courir sur les lieux des crimes et prononcer des discours, il n’a pas le temps ni les moyens de faire autre chose. Et même s’il arrivait à proposer des actions concrètes, je laisse le soin à une quantité de juges qui louchent bien à gauche, pour remettre en liberté les plus dangereux criminels. Pour la joie de Mme Taubira qui exulte  littéralement.

Abandon des valeurs républicaines, l’autre traîtrise
A ce sujet, je souligne surtout  l’acceptation des actions contraires aux valeurs et symboles de la République ; et en particulier à la laïcité dans des endroits et dans les entreprises où, par le nombre de personnes y habitant ou travaillant, constituent un vivier idéal à la propagation d’un islamisme de type salafiste-wahhabiste. La gauche qui s’est toujours réclamée comme un vecteur de progrès, de liberté, de l’égalité hommes-femmes, de non-discrimination, elle ferme les yeux devant des actions contraires à ces valeurs :
-        Des viols de femmes considérées comme des « putains » car ne s’habillant suivant les règles des barbus.
-        Des insultes et des agressions contre les femmes en général, considérées comme des êtres inférieurs.
-        Des agressions anti-juives.
-        Des agressions contre les citoyens transgressant des « lois » religieuses, comme par exemple,  le jeune de Ramadan.
-        La mainmise des locaux publics pour des cérémonies cultuelles.
-        L’imposition  dans des endroits publiques à des pratiques religieuses, que ce soit les repas halal, des locaux distinctes pour les hommes et les femmes, le port des vêtement spécifiques etc.
-        La pratique de la polygamie, de l’excision.
-        Des agissements illégales et inacceptables, comme le fait de brûler le drapeau français et le remplacer par celui algérien, de siffler la Marseillaise pendant des épreuves sportives, épreuves souvent émaillée par des  actes de hooliganisme. 
-        Des manifestations sur les lieux publics avec des slogans racistes, manifestations de haine, appels aux meurtres.
-        Des groupuscules professant une haine envers la France, envers les blancs, appels aux  meurtres contre forces de l’ordre et j’en passe ; de plus, certains de leurs représentants sont  invités régulièrement à la télévision et dans les radios publiques pour déverser leur haine à l’égard de la France, de l’Occident, des blancs. Voir Mme Houria Bouteldja, qui parade régulièrement sur les écrans de TV, répandant ses paroles de haine et dégoût de tout ce qui représente notre civilisation, tout ceci sous les regards paisibles, sinon approbatifs de certains journalistes dont le penchant vers la gauche ne fait pas de mystère.
D’autres exemples sont trop nombreux pour pouvoir les contenir dans ce texte.

La traîtrise économique
Suivant l’encouragement de Terra Nova d’abandonner le petit peuple à la faveur des minorités  (pour la plupart issues de l’immigration de peuplement) les socialistes préfèrent de favoriser économiquement les immigrés, y compris les clandestins
-         Par l’octroi de l’Aide Médicale de l’Etat aux sans papiers, aide qui est souvent détourné vers des actes de confort et ceci dans un contexte de quasi faillite du système français de santé.
-        Par la mise en place d’une politique de discrimination  positive dans les entreprises publiques,  octroyant des places préférentiellement aux personnes issus de la « diversité », sans tenir compte ni des besoins des autochtones et encore moins des compétences. Un rapport du Centre de Recherche sur le Renseignement signé par son directeur – Eric Denécé – souligne la présence de réseaux de recrutements basés exclusivement sur des critères ethnico-religieux  dans certaines entreprises publiques ou de délégation de service public. (5)
-        Par les subventions importantes, accordées par des autorités territoriales ou nationales à des associations non représentatives dont le but est d’agir en faveur de l’immigration, des  sans papiers et leurs régularisation massive, de créations de locaux cultuels (avec des fonds publics). Et parmi celles-ci, des associations qui ont comme objectif à peine dissimulé, d’empêcher l’intégration des immigrés et leurs descendants.
Dans ce contexte, il ne faut pas s’étonner la rupture claire et durable entre la gauche et le petit peuple, rupture qui se manifeste de plus en plus dans les urnes. D’où, le rapport cynique de Terra Nova et l’appel désespéré de 70 députés socialistes en faveur de l’adoption urgente de la proposition pour le droit de vote aux étrangers,  avant les élections municipales de 2014. Pour sauver leur places, les idéaux passent aux pertes et profits.
Quelle déchéance pour le parti de Jaurès et Blum qui doivent se retourner dans leur tombe, si ce n’était déjà fait pendant les 14 ans de présidence de François Mitterrand.

mercredi 5 décembre 2012

PENSEE DU JOUR


Cinéma
Quand je n’arrive pas me déterminer de voir ou non un film, en raison des critiques divergentes, d’un sujet qui à priori ne me fascine pas mais je souhaite avoir un dernier avis définitif, la procédure et simple : je consulte la critique des Inrock et je fais le contraire !  C’est excellent comme méthode, je tombe on ne peut pas mieux.
Cette fois j’ai procédé à l’envers : j’ai vu « Stars ‘80 » car je suis nostalgique de leur musique. Le film est loin d’être enthousiasmant, mais il est plain de fraîcheur  de nostalgie et c’est un moment agréable à passer. Les Inrock, consulté après coup, m’ont donné « raison » en descendant en flèche le film. Manque de pot, s’ils évaluent le film à 1 étoile sur 5, les spectateurs accordent 4/5 et le film est toujours à l’affiche, preuve de la satisfaction du public !
Le « culturel » du service, commissaire politique à la critique ciné des Inrock les traite des ploucs ; peut-être, mais je préfère avoir affaire avec des ploucs qu'avec des super c…prétentieux, tapis dans leur bunker. Vive le petit père des peuples, il a encore des émules.

jeudi 8 novembre 2012

MONDE ARABE, LE MIRAGE !


Décidément, le monde arabe m’a toujours étonné, déconcerté, et ca continue.
Un évènement récent, passé plus ou moins inaperçu par le monde médiatique m’a déterminé d’écrire ce billet.  Inaperçu, car insignifiant par rapport aux élections américaines et le changement à la tête de la Chine, sans compter le virage à 180 ° de la politique de notre gouvernement (sujet à traiter séparément)
De quoi s’agit-il ? Dans le monde arabo-musulman récent, un clivage était en place : dans la vieille cassure entre les chiites et sunnites, l’axe pro chiite Iran-Syrie d’Assad-Hezbollah –Hamas paraissait solide comme un roc et  inamovible contre la nébuleuse sunnite dirigée (et financée !) principalement par le Qatar et l’Arabie Saoudite. Même plus, la mollarchie iranienne donnait des satisfécits aux  révolutions arabes (sunnites) avant que celles-ci n’atteignent l’allié syrien.
Une question me taraudait, moi l’occidental ignare des mystères et soubresauts de cet Orient compliqué. Comme dans les jeux de logique, je trouvais un intrus dans cet axe pro chiite ; si le groupement composé  de l’Iran  chiite, les Hezbollah aussi et le clan pro Assad –des alaouites -(une branche du chiisme) faisait un ensemble homogène et logique, que fait le Hamas, le parrain de Gaza, tous sunnites ? Mais bien sûr, l’explication est toute trouvée : d’un coté la haine d’Israël  et de l’autre, la manne financière provenant de l’Iran via la Syrie qui permet aux cadres et dirigeants de Hamas de vivre dans une opulence extravagante par rapport à sa population.
Et bien, qu'apprend- t-on du Qatar ces derniers jours ? Une visite de l'émir Hamad Ben Khalifa al-Thani  de seulement quelques heures dans la bande de Gaza, accompagnée d’un chèque de 400 millions de dollars a suffi pour faire basculer totalement la donne. Ismaïl Haniyeh, Premier ministre du Hamas à Gaza a eu une révélation divine (oh, les religions…) Il s’est rappelé soudainement qu'il est sunnite, mais en plus, appartenant à une branche des Frères Musulmans qui sont au pouvoir en Egypte, Tunisie (grâce aussi aux prébendes Qatariennes);  donc il s’est déclaré solidaire de la rébellion anti Assad en Syrie. Suite logique, Assad a fermé le bureau de Hamas à Damas et son dirigeant fut obligé, apparemment, de quitter la Syrie. Quel pataquès : dorénavant les Hamas en Syrie - ex alliés d’Assad- luttent dans les cadres de la rébellion, tandis que les palestiniens affiliés au Front Populaire de Libération de la Palestine d’Ahmad Jibril luttent dans le camp adverse. Et l’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas, reconnue par les instances internationales comme le représentant unique du peuple palestinien, ne reçoit pratiquement plus d’argent du Qatar ; même plus, celui-ci essaie d’évincer l’Autorité Palestinienne laïque, pour les remplacer par Hamas.
Avec l’argent, toutes les voies célestes sont ouvertes.

Sorel Zissu
Novembre 2012     

dimanche 4 novembre 2012

OUI, LA LICRA EST EN RETARD D’UNE GUERRE !


Ancien adhérent de la LICRA, j’ai pris connaissance par un support web, du courrier d’un Monsieur K. Scnhur avec ce  titre ; je constate que lui et moi sommes sur la même constatation, bien défini par ce Monsieur et qui est exactement la raison de ma distanciation par rapport à votre association.
Je le sais, je ne suis pas le seul et je me rappelle qu’il y a plusieurs années, l’ancien président national de la LICRA faisait un compte approximatif de 5000 adhérents actifs en France, à jour de cotisation. En faisant une comparaison avec l’évolution de la section locale, je pense qu’aujourd’hui, ce nombre pourrait être estimé à moitié de ce chiffre. Les instances nationales se sont posés la question de ce phénomène d’érosion continue ?
Ce qui m’a plus qu'étonné  et j’utilise un euphémisme, ce fut la réponse de M. Antoine Spire au courrier susmentionné.
M. Spire, vous affirmez que vous avez pris la mesure du phénomène islamiste avec le n° précédant de votre publication « Droit de vivre » -c'est-à-dire à la veille de l’affaire Merah-, par les travaux de M. Gilles Keppel ! C’est consternant…N’importe quel citoyen moyennement informé (j’en fais partie) connait l’ampleur du phénomène islamiste depuis au moins une décennie, les exemples internationaux et nationaux étant si nombreux que je ne les énumère pas.
Enfin, votre justification larmoyante sur les « pauvres jeunes de banlieue » est d’une part éventée depuis un bon moment et d’autre part fausse ; tout le monde connait de nombreux exemples de citoyens apparemment parfaitement intégrés, avec des situations confortables et d’un niveau socioprofessionnel élevé ayant un activisme militant dans des nébuleuses islamistes. Ici, chez nous, en France, pas uniquement ailleurs. Vous n’étiez pas au courant ?
Vous ne connaissez pas non plus l’idéologie des Frères Musulmans, dont la branche française –l’UOIF – est la plus importante organisation musulmane de notre pays ?
Enfin, vous, association antiraciste, vous ne vous êtes jamais soucié du phénomène appelé « racisme anti-blanc » dont récemment, une personnalité de droite et une autre de gauche ont fait part ! Bien qu'à mon avis, en dehors de manifestations racistes qui sont indéniables, il s’agit plus d’une haine contre la démocratie, contre la République et ses symboles, contre nos valeurs républicaines et humanistes. Jamais, à tout jamais je ne vous ai entendu parler ou écrire sur ce sujet bien connu par nos concitoyens de toute origine. C’était quand même votre devoir et vous étiez bien au courant. Il y a une dizaine d’année, une publication intitulée « Les territoires perdus de la République » faisait irruption dans un silence coupable des gouvernants et responsables politiques. Une des rédacteurs de ce livre, Mme Lefèvre, est devenue membre des instances dirigeantes de la LICRA. Où est-elle maintenant ? Vous a-t-elle quitté aussi ?
Chers dirigeants de la LICRA, ressaisissez-vous, sinon votre association, qui n’est plus la mienne, deviendra une coquille complètement vide, si ce n’est déjà le cas.

Sorel Zissu    

vendredi 5 octobre 2012

SUR LE RACISME ANTI- BLANC


Consternant mais assez significatif de l’état d’esprit d’une certaine gauche française et de la majorité des journalistes qui louchent du même coté !
Jean-François Copé a « osé » d’écrire que dans certaines couches de la population se manifeste un racisme anti blanc. Quelle horreur ! Toute la bien-pensance de gauche, de l’extrême gauche et nos journalistes se sont jetés plein la g…sur le candidat à la présidence de l’UMP.
Tout à fait tendance, diriez-vous ; mais le hic, c’est que Mme Najat Belkassem, porte-parole du gouvernement (après avoir été celle du candidat Hollande), a écrit exactement la même chose dans son dernier ouvrage intitulé « Raison de plus! », publié pendant la campagne présidentielle.  Je la cite : «Il n'y a plus guère d'ailleurs qu'Éric Zemmour, ‘rigolard populiste', pour parler encore de race, comme s'il y avait besoin de cela pour dénoncer le racisme anti-Blanc dont chacun peut convenir sans mal ni complaisance qu'il existe et qu'il est aussi condamnable et stupide que tout autre».
Alors MM les politiques et MM les journalistes ?  Pas uniquement aveugles, pas uniquement avec des œillères, pas uniquement dogmatiques et de mauvaise foi, mais en plus incompétents et incapables de se documenter, de lire un livre signé par la porte-parole de votre propre gouvernement ? Votre nullité est affolante, les pauvres gogos qui ont voté pour vous et qui commencent déjà se mordre les doigts, vous vouer aux gémonies, ont vraiment de quoi se faire des soucis…

Mais revenons au fond de la question ; il s’agit bien du racisme ? Car le racisme est une idéologie, basée sur des « travaux » (faussement scientifiques) émanant d’un Gobineau ou d’un Rosemberg, dont la plupart des imbéciles qui manifestent ce genre de propos n’ont jamais entendu parler et encore moins avoir lu. Qu'ils soient des « Indigènes », des « Indivisibles » et autres  prétentieux donneurs de leçons, aussi ignares qu’irresponsables, ou simplement les bandes des illettrés furibards et braillards, agressifs quand ils sont nombreux et lâches le reste du temps, des idiots embrigadés par des  religieux autoproclamés, ils ne savent rien de cette idéologie nauséabonde.

Ils pratiquent simplement une haine contre la France, contre la République, ses valeurs et ses symboles, ils ont une haine viscérale pour la démocratie. L’Occident qui a produit et continue de produire les plus grandes richesses intellectuelles, scientifiques et humanistes contrairement à la stérilité d’un monde soumis aux pratiques religieux  basés sur des préceptes  d’un autre temps, c’est leur ennemi.
Voilà l’explication, c’est tout simple et le racisme n’a rien à voir dans ces actes, aussi ignobles et condamnables qu'ils soient…

Sorel ZISSU

mercredi 19 septembre 2012

GUERRE DE CIVILISATIONS ?


Sur l’ensemble du monde -, un monde  entré dans une période trouble et pleine d’imprévues - plane le spectre terrible mais évident d’une implacable guerre entre la barbarie islamiste et la civilisation du monde libre et démocratique.
Il y a environs deux décennies,  le professeur Samuel Huntington publiait un article « The Clash of Civilisations » base ultérieure de son essai « Le choc des civilisations ». Le titre englobe bien le thème, le fil conducteur de sa théorie.
Bien évidemment, la majorité des « bien pensants » des deux cotés de l’Atlantique ont mené des critiques de plus en plus acerbes, jusqu’aux accusations de racisme contre l’auteur et son œuvre.
Je ne souhaite pas du tout  ma rallier, même de loin, à ses détracteurs, mais je rectifie :
 NON, M. HUNTINGTON, CE N’EST PAS UNE UN CHOC DE CIVILISATION, C’EST UNE GUERRE SANS MERCI ENTRE NOTRE CIVILISATION ET LES HORDES BARBARES DES ISLAMISTES !
Tous les événements postérieurs au 11 septembre sont autant de preuves irréfutables en faveur de mon affirmation 
-         des tueries de masse, aveugles, dont les victimes n’ont aucune implication avec leurs revendications, des assassinats de masse englobant indistinctement femmes, enfants et vieillards perpétrés partout dans le monde, qui se répètent avec une périodicité effrayante.
-        des assassinats plus ou moins ciblés, avec une cruauté indescriptible
-        des  manifestations  pour des raisons souvent confuses, mais toujours liés à l’islam, menant à des destruction des lieux de culte, des bibliothèques, des écoles et autre lieux de culture et d’instruction, avec leurs lots de victimes innocentes
-        des lynchages, des viols collectifs, souvent sous les yeux des caméras, permettant de voir les visages déformés par une haine immonde, féroce de leurs perpétrants
-         d’autres manifestations, sans victimes heureusement, mais avec des slogans qui ne laissent pas la place à une doute sur leurs but : la destruction de l’Occident, de la démocratie.
Les événements récents, suite à la diffusion sur Internet d’un film sous-médiocre, similaires aux manifestations suite aux caricatures de Mahomet, illustrent d’une manière irréfutable l’utilisation du moindre prétexte pour mettre en route les hordes barbares des masses fanatisées par les islamistes. Les actes inqualifiables, n’ont aucune autre explication que la volonté de détruire notre civilisation et la remplacer par leur califat, sur le modèle de la période médinoise, dont ils appliquent le précepte basique :
  « Le combat vous est prescrit, même si vous l’avez en aversion» (Coran, 2, 216)
Les révolutions arabes de 2011-2012, intitulées par les médias occidentaux aveugles comme « les printemps arabes » sont devenues des nouvelles dictatures islamistes, avec le soutien plus ou moins actifs de nos dirigeants aussi aveugles qu’irresponsables. Que n’avons-nous entendu de la part de nos « élites intellectuelles » de tous bord qui nous annonçaient à grands cris l’arrivé imminente de la démocratie dans ces pays ! Et qu’est-que nous  trouvons en guise de dirigeants démocratiques en Tunisie, Egypte, Lybie et prochainement en Syrie (sans mentionner le pauvre Liban, déjà sous la coupe des Hezbollah) ? Les Frères Musulmans, considérés encore comme « islamistes modérés » et derrière eux les salafistes-djihadistes qui commencent par un jeu de cache-cache à détruire tous les modestes acquis des minorités, des femmes et des agnostiques ou non-observants d’un islam rigoriste.
Si les manifestations les plus brutales et sanguinaires se produisent sous la houlette des groupes salafistes et djihadistes, dont le fanatisme  psychotique et la haine de l’Occident n’est pas à démontrer, je souhaite démonter l’idée de la « modération » des Frères Musulmans avec lesquels nos dirigeants, y compris ceux d’Outre Atlantique, essayent de composer.
Leur idéologie, conçue initialement par Hassan al Banna, (le grand père des frères Ramadan) et développée par ses continuateurs dont le célèbre Al’Qotb peut se résumer sur le plan géopolitique par deux critères : indissociabilité du religieux et du politique et un expansionnisme ayant comme but l’hégémonie mondiale. Sur cette base, les pays sont partagés en trois catégories :
1-     le Dar al Islam (la maison de l’Islam) est constitué des pays dirigés par des musulmans et gouvernés par les lois islamiques ; nécessairement, le Dar al Islam doit être en progression continue.
2-     Le Dar al Harb (maison de la guerre) constitué par des pays non musulmans donc dirigés par des infidèles, des mécréants (kufr en arabe.) Aucune coexistence pacifique n’est possible à long terme et le fait que les islamistes acceptent leur présence, c’est  soit parce qu’ils sont trop faibles pour les conquérir, (l’application de la taqiyya ou la dissimulation, chère au prophète) soit parce que ces pays acceptent de se rallier au troisième groupe:
3-     le Dar al Sulh, appelé aussi Dar al Ahd (maison du traité, de la trêve.) Ce sont des pays n’étant pas sous la loi islamique mais qui se mettent sous la domination musulmane par traité, appelés aussi pays tributaires ou pays marionnettes. (traduction propre…)
Comme exemple de modération et possibilité d’entente…
Ceci m’amène à faire un parallèle avec les évènements qui ont générés la deuxième guerre mondiale. Comparaison utile car, tout comme maintenant, la totalité des gouvernants démocratiques et une majorité des journalistes ont considéré le nazisme comme un épiphénomène contrôlable et Hitler comme un type un peu fou mais avec lequel on peu dialoguer en bonne conscience. Et encore, combien d’entre eux ont pris le soin de lire Mein Kampf et combien de ceux qui l’ont lu l’ont pris au sérieux ?
Mais la comparaison s’arrête ici, car je soutiens que le nazisme fut un danger majeur, certes, mais bien moins que l’islamisme moderne ! Et ceci en raison des facteurs suivants :
-         1- L’idéologie nazie fut grosso-modo circonscrite au niveau européen, avec une alliance avec le Japon militariste mais pas nazi. Hitler n’était pas intéressé par la sphère extra-européenne. En conséquence les mouvements pronazis furent négligés par le führer, comme par exemple le mufti de Jérusalem Al Husseini qui, malgré les efforts déployés auprès de lui et l’organisation des bataillons de combats formé de musulmans dans l’ex Yougoslavie, n’a jamais réussi à l’attirer dans la guerre contre les anglais en Palestine.
A contrario, l’islamisme moderne est devenu une hydre multi-tentaculaire qui se déploie concomitamment sur tous les continents, les exemples sont trop nombreuses pour les énumérer ici.
-        2- L’infiltration des agents nazis dans les pays à conquérir était d’une ampleur somme toute assez faible, par manque principalement de moyens humains (ce qu’on nommait à l’époque en France « la cinquième colonne »)
La situation est totalement différente aujourd’hui : en raison d’une immigration massive des populations d’origine musulmane, dont beaucoup ont des fortes difficultés d’intégration, le recrutement des agents actifs ou dormants est d’une facilité extrême, sans compter l’apport significatif des nouveaux convertis. Si on ajoute la permissivité des pouvoirs publics en acceptant l’arrivée et la sédentarisation des imams étrangers de rite wahabite-salafiste, tous les ingrédients sont réunis pour créer des bataillons de fanatiques dans chaque pays.
-        3- Les pays qui manipulent en coulisses l’arrivée des pouvoirs islamistes dans les pays arabes ou non, ont des capacités financières énormes et commencent à phagocyter peu à peu des pans entiers de nos économies (exemple le Qatar qui est propriétaire ou actionnaire significatif des joyaux de notre économie) Les nazis n’avaient pas, et de loin ces capacités.
Voilà des éléments qui me font craindre une ou une série de déflagrations mondiales, dont l’Occident entier risque de sortir vaincu. Souvenez-vous l’histoire de l’implantation musulmane dans la majorité des territoires peuplés par des populations de toute sorte et qui ont été soit converties, soit obligées à l’exil. Un seul exemple : les chrétiens du Moyen Orient, berceau par excellence de la chrétienté, où la population a diminué de moitié par rapport aux chiffres à la fin de la guerre et ce phénomène s’intensifie de nos jours.

Sorel Zissu
Septembre 2012  
                       





jeudi 2 août 2012

L'ESPRIT MUNICHOIS

Je ne me lasse pas de lire les articles et les bloc-notes de l’excellent journaliste - Yvan Rioufol - un des rares professionnel de cette confrérie qui a le courage de dire (écrire) ouvertement et tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Chose rare dans une profession majoritairement dévouée à la religion du politiquement correct, religion devenue un dogme immuable.
Je ne peux pas m'empêcher de joindre un de ses derniers article qu'il a écrit pendant ses vacances :

 http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2012/07/la-politique-de-lapaisement-qu.html

jeudi 28 juin 2012

L’actualité en bref, ou « le changement c’est maintenant »


-        Le plus grand quotidien de soir, souligne encore une fois le nom de PRAVDA française que je lui ai donné il ya quelque temps. Et, cette fois-ci, dans la manière identique à son modèle de l’ère stalinienne ; il a « rebaptisé » le nom de l’assassin d’un collégien de Rennes de    Souleymane  en…Vladimir ! Voyez-vous, un tout petit arrangement avec la réalité : il n’est pas tchétchène mais russe, pas musulman mais chrétien. Ils auraient écrit que la victime Kylian était le neveu du cousin par alliance d’un indépendantiste breton, ce qui  justifié le crime, ca ne m’aurait pas étonné. J’exagère quand je dis que Le Monde est (de plus en plus) la copie conforme de la Pravda soviétique ?
-        Nous apprenons que le ministre Manuel Vals a décrété que les policiers ne doivent plus tutoyer les gens interpellés. Mais ceci change tout ! Les relations entre les « jeunes » des quartiers et la police deviendront un conte de fée ! Comment n’avoir pas pensé plutôt ? Bien sur, la réciproque sera appliqué aussi, les jeunes s’exprimerons poliment envers les policiers : «  allez-vous faire f…Monsieur l’agent », «avec votre permission je vous enc…M. L’agent », etc. Un changement notable.
-        Madame Taubira, super catastrophe de la place Vendôme, s’est débarrassé de Madame Batho, son Ministre délégué avec laquelle elle ne s’entendait plus, après quelques jours de collaboration ! Mais avec qui s’entend Mme Taubira, quand elle est « en froid » même avec les autres dirigeants de son part  Watwari. Comme « icône » de parti PRG, je commence à regretter Bernard Tapie.
Il parait qu’elle a endurci la loi contre le harcèlement sexuel ; vu qu’il y a des décennies qu’elle ne trouve aucun amateur en la matière, ca lui convient bien cette loi.
-        Procès Kerviel, l’accusation demande 5 ans de prison pour la perte de 5 Mds d’euros que la Société Générale a subis à cause de ses agissements. Et combien d’années de prison pour des dirigeants  qui ont causés autant sinon plus de pertes à leurs sociétés ? Rien du tout, certains partent même avec les poches pleines.
-        Les promesses et la réalité : le candidat François Hollande avait fait des promesses, maintenant c’est l’heure de la vérité et ca commence, avec la hausse du SMIC. En plus de la hausse automatique basée sur une formule consacrée et appliquée chaque 1-er juillet, formule qui aurait donné une hausse de 1,4 %, il résulte  0,6 % de « coup de pouce » soit un peu plus de 6 € et 50 centimes. Les smicards manifestent leur joie et reconnaissance. Remarquons le fin raisonnement de la grande majorité des médias  qui présentent le chiffre global de 2 % comme étant « l’effort » du nouveau gouvernement. Les braves, mais de quel coté politique seraient-ils ?
Sorel

lundi 25 juin 2012

2012 : CHOIX CRUCIAL POUR LA DROITE FRANCAISE


Choix crucial, (et encore l’expression est faible), tant le temps presse en raison des conditions politiques nationales et mondiales d’une gravité extrême qui  imposent un choix clair et ceci d’une manière radicale et urgentissime. Car ce qui est en jeu en fin de compte c’est l’avenir de notre pays !
Plus précisément, au niveau national nous sommes dans une situation de crise aigue  dans les domaines économique, social, financier et surtout moral à un niveau jamais connu depuis la dernière guerre mondiale. Sans entrer dans les détails, ce serait trop long, un bref passage en revue de la situation en la France :
-         Le chômage explose et continuera de progresser, créant un hiatus insupportable entre les catégories favorisée –les fonctionnaires et les professions en situation de monopole –et les catégories de plus en plus précarisées du privé.
-       la désindustrialisation du pays atteint un summum inacceptable et  continuera encore
-        le catastrophique niveau d’endettement progresse vertigineusement, créant l’obligation de la mise en place des taxes et impôts supplémentaire à la charge de couches moyennes et favorisée. D’où, un transfert de nos gaspillages vers les générations futures  
-        le communautarisme, alimenté par des groupes religieux extrémistes fait éclater la cohésion nationale et arrive à  sortir des pans entiers de la population du creuset républicain
-        une immigration de peuplement incontrôlée conduit à la création de ghettos où les lois de la  République ne s’appliquent plus et des générations de « nouveau citoyens » non-intégrés et sans repères sinon la haine envers le pays d’accueil
-        conséquence de ce qui précède, des actes d’incivisme d’une gravité croissante, des gangs (souvent ethniques) terrorisant la population, une violence dès l’âge d’adolescence, en un mot une insécurité galopante et angoissante pour la population   
-        la coupure totale entre les élites –toutes les élites -et les citoyens devient une constante, donnant l’impression (souvent réelle) que les membres de ces élites ne connaissent pas du tout ou refusent de prendre en compte les aspirations légitimes du peuple
D’autre part, les actes et préconisations politiques adoptées par nos nouveaux  gouvernants  qui se concrétisent de plus en plus, ne peuvent que faire  glisser le pays d’une manière encore plus rapide sur la mauvaise pente sur laquelle tous nos gouvernants nous ont placés depuis plus de trois décennies.
Et tout ceci dans un contexte international de plus tendu, avec des tensions géopolitiques d’une gravité extrême et une crise économique mondiale doublée d’une crise sans précédant de l’Europe. Contexte qui malheureusement nous rappelle les années 1930 en pire.
Tenant compte des toutes ces éléments, la droite française réagit mollement, pour ne pas dire qu’elle ne réagit pas du tout dans le bon sens.
Les temps que nous vivons, (bien qu’il soit déjà assez tard), exigent une recomposition de l’échiquier politique dans le sens d’un rapprochement de toutes les forces saines de droite pour agir –pour l’instant dans l’opposition – dans le sens souhaités par la majorité des citoyens. Car, une succincte analyse des votes nationaux confirme une nette domination des droites dans la société. Or nous observons que malgré une demande très fortes des gens de droite (environ 2/3 des adhérents de l’UMP et du FN)   d’un rapprochement tactique et électoral entre les deux formations, la plupart des leaders de l’UMP continuent avec la politique de ni-ni, se constituant comme toujours les otages des oukases de la gauche. Qui elle, est toujours alliée à l’extrême gauche sans aucune hésitation et encore moins de scrupules.
J’affirme que les conditions de ce rapprochement deviennent une évidence à l’heure actuelle ; le Front National (qui changera du nom sous peu de temps) n’est plus du tout le même parti que du temps du papa Le Pen. D’une part, la plupart des personnages douteux, avec des passés  et/ou des positions politiques non républicaines ne font plus parti du mouvement. D’autre part, Madame le Pen a manifesté publiquement le rejet des positions extrémistes d’antan, aussi bien en ce qui concerne le racisme et l’antisémitisme que l’attachement aux principes de la laïcité.
Je constate une similitude avec un précédant italien ; d’un parti clairement néo-mussolinien – MSI – le nouveau dirigeant Gianfranco Fini, arrivé au pouvoir en 1987 après le décès du fondateur Giorgio Almirante, a réussi un recentrage politique majeur du parti. Il figurait, avant la fusion avec le parti Forza Italia comme la force de centre droite de la coalition berlusconienne.
Que se passera-t-il, si la nouvelle direction de l’UMP continuera avec l’ostracisme envers le parti mariniste et s’isolera dans une position vaguement de centre-droite ou de droite molle, tel que certains leaders le préconisent ?
Un éclatement de l’UMP, avec une forte minorité qui rejoindra Madame le Pen avec armes et bagages, encouragés par l’électorat qui, je le répète, est très majoritairement attiré par une alliance de toutes les droites. Et le Parti de Mme le Pen deviendra le principal parti d’opposition au pouvoir socialiste. Avec une attractivité de plus en plus forte, malgré des lacunes dans son programme économique, social et budgétaire. Dans ce cotexte, l’UMP risque d’avoir le même sort que l’ancien UDF, une érosion continue suivie d’une disparition pur et simple à  moyen terme.
L’argument de la perte des élections du à la « droitisation » de l’UMP à la fin de la campagne de présidentielle ne tient pas debout et l’excellent journaliste Yvan Rioufol  l’a clairement démontré récemment. Au contraire, cette ligne a réussi à basculer un nombre important d’électeurs en faveur de N. Sarkozy dans la dernière ligne de la campagne du deuxième tour, dont le score a été très honorable et bien supérieur par rapport aux sondages. A titre personnel, je pense que si la campagne durait encore deux semaines, il est possible que les résultats soient inversés.
Et que veut dire le mot « droitisation » C’est anormal qu’un parti de droite, (maintenant que les radicaux et les centristes sont organisés d’une manière indépendante) se déclare résolument de droite ?
Je suis abasourdi d’entendre des leaders de premier plan de l’UMP qui continuent d’ostraciser directement ou indirectement le parti mariniste en appellent au retour à « nos valeurs » Mais en quoi, le fait de se rapprocher sur des positions communes comme la diminution sensible de l’immigration de peuplement, le renforcement efficace de la sécurité des citoyens, la défense sans aucune dérogation de notre laïcité, le refus du communautarisme et une défense implacable des principes et des symboles de notre République, sont contraires à « nos valeurs »   C’es quoi la droite sans ces éléments ?
Le choix est crucial et je lance un appel désespéré aux dirigeants de notre mouvement d’analyser bien la stratégie à mener, sinon le peuple ne leur pardonnera jamais.

Sorel ZISSU  

mardi 19 juin 2012

LE GRAND VAUDEVILLE Ou comment la gauche nous fait rire avant de nous faire pleurer.


Rions, rions, prochainement nous n’aurons même pas assez d’argent pour payer les  mouchoirs afin d’assécher les larmes crées par la politique des nouveaux dirigeants.
Mais profitons du moment pour rire, (souvent rire…jaune) car le rire est un bon médicament et les élections nous offrent des occasions en nombre. 
Je passe rapidement sur l’énorme buzz médiatique provoqué par le tweet de la Première Dame – énième maitresse -  invitant  les électeurs de La Rochelle de voter contre la favorite (dans les deux sens du terme) de son Président de compagnon. Mais c’est bien naturel, citoyens ! C’est elle, Mme Trierweiller qui l’a transformé de Flamby (appellation charmante inventée par son futur Ministre) en Président de la République. Manque plus que ca, qu’il essaye de  l’empêcher de faire ce qu’elle veut. Il verra ce que veut dire scène de ménage…
Mais le comique vient d’ailleurs ; la dame du chabichou, spécialiste dans le harcèlement des hommes politiques (voir le siège du domicile de M. Bayrou entre les deux tours de 2007) a obligé le pauvre adversaire actuel, homme auquel elle n’adressait la parole depuis 3 ans, à fermer son portable, tellement ses innombrables coups de fil l’encombrait. Heureusement que la loi du harcèlement sexuel a été momentanément abrogée…
Le comble du comique, la Royale nous l’a offert comme représentation en avant première vers 19 h 50 le soir du 17 juin ! Je me demandais si elle n’était pas droguée, (mais fortement droguée, pas simplement un joint), tellement la scène était surannée. Passons sur l’illégalité de la présentation des résultats avant l’heure, mais le ton d’un dramatisme à l’Achille Zavatta, combiné avec des cris répétés de « trahison » me confortait dans l’idée qu’elle a sniffé durement. Le tragique de la situation c’est qu’un personnage avec des prétentions au plus grand niveau national arrive à définir publiquement une majorité des 63 % des électeurs qui l’ont envoyé dans les cordes comme des sous-citoyens pour ne pas dire un gros mot. Stupéfiant !   
Le même feuilleton monte en couleur, en voyant arriver Martine Aubry à la rescousse de la Royal, d’abord à la Rochelle, après au studio de France 2 ; oui sa  terrible adversaire, celle qui a falsifiée les votes pour l’évincer du poste de première secrétaire du PS, celle qui la traite de…blonde et dont l’inimitié (euphémisme) est archi connue, s’efforce de lui venir   en aide. Peut-être pour « l’aider » à oublier tout avenir politique national. Si c’était encore nécessaire pour l’oiseau de proie qui rêvait d’un perchoir.
Un bon prix de la  meilleure phrase au tombeur de Mme Royal qui a rappelé au Président Hollande que « le candidat unique c’était du temps de l’Union Soviétique » Rappel utile quand on sait que la gauche détiendra tous les pouvoirs politiques nationaux et la très grande majorité des territoriaux, chose inédite depuis la guerre. Ca peut donner des idées, qui sait ; moi, j’ai de la mémoire et je me rappelle d’un responsable socialiste du temps du Président-Maréchaliste qui criait : « vous avez juridiquement torts, parce que vous êtes politiquement minoritaires » Et ce n’était pas pour rire…
Continuons  avec le comique national  Jack Lang, tellement national qu’il a écumé les circonscriptions de l’ouest à l’est, passant par le centre de la France. Il est arrivé en Lorraine par les airs, dans les Vosges qu’il n’a pas vu depuis des lustres. N’aurait-il confondu la place des Vosges, son domicile bien connu, avec le département du même nom ?
 Manque de peau, les vosgiens sont de gens têtues et le font savoir dans les urnes aussi. Dans les montagnes vosgiennes, les parachutes se déchirent prestement.
Passons au cher Pol Pot d’opérette, le Méluche, qui se voyait déjà ! Il se voyait, mais les citoyens ne le voient pas du même œil ; une première déception aux présidentielles, malgré ses diatribes fulgurantes, ses insultes et anathèmes répétés : après, il s’est rêvé le tombeur de Marine le Pen dans le Nord ;  encore une parachute qui ne s’est pas ouverte, il est tombé vachement bas, avec une mine déconfite. Même son électorat d’outre méditerranée qu’il a chéri en long et en large ne l’a pas sauvé. Et maintenant, celui qui avait apparemment ressuscité le cadavre de la Place Fabien se verra craché dessus par les « camarades » qui se sont laissés entrainés dans l’aventure du FdG. Car dans le passé, les chers rares sortants communistes sauvaient des places au Palais Bourbon faisant les caniches du PS, tandis que maintenant le « charismatique » Pierre Laurent pleure à grosses larmes sur le drame de la perte d’un groupe parlementaire. Vous me demandez qui est Pierre Laurent ? Mais vous avez raison car qui a entendu de ce nouveau secrétaire Général du Parti Communiste Français ? Pas grande monde, à la limite sa famille de sang, car je pense que même certains des rares militants du PCF ne le connaissent pas.
Enfin, ce n’est pas la gauche, mais c’est comme si ; le néo-archéo-berger béarnais, lui aussi se rêvait la réincarnation d’Henry IV et il le croyait dur comme fer. Tête dure aussi, tenace et surtout rancunier comme tout, jusqu’à laisser sa propre peau. (Je pense à la peau de député) Mais qui donnait cher encore de sa peau à Pau, maintenant que les socialistes ne lui ont fait aucun cadeau en revanche de son appel en faveur d’Hollande ? Comme disait l’autre, il a appelé voter socialiste, il aura un socialiste chez lui, c’est normal. Et, si en 2007 je lui ai écrit personnellement avec le titre : « M. Bayrou, vous êtes un mauvais perdant et vous serez un perdant tout court» (1) ca ne lui est pas servi, il a continué tout droit vers…l’abime. Il parait qu’il veut poursuivre son « œuvre » tout seul dans sa bergerie.
Changeons du registre électoral et arrivons aux nouveaux ministres, car il y a de la rigolade aussi, même si quelques fois on ne rit mais pas du tout.
La brave Taubira ! Mais qui a pu dégauchir cette bestiole pour la mettre à la Justice, même si je suppose que c’est pour une courte période ? Une ancienne indépendantiste à un poste pareil ? Ca ne fait pas sourire. Mais le summum c’est qu’elle est insupportable même au sein de son propre parti guyanais et aux citoyens de ce territoire, ce  qui explique son « courage » de refuser se présenter aux élections. Quand il s’agit de s’accrocher au maroquin…
Premier pas de la ministresse, elle inaugure un match dans une prison arrivant à faire évader un détenu malin. Comme action pour désengorger les prisons, on connait des meilleures. Mais c’est une broutille pour cette Ministre de la Justice qui ignore la signification du mot génocide, à propos de la traite négrière. Esclavagisme qu’elle réduit uniquement à celle transatlantique, quand tout historien sait qu’elle ne couvre qu’un peu plus de 20 % de la traite négrière, le reste étant « l’œuvre » des arabo-musulmans ou des africains eux-mêmes.
 En revanche, Mme Taubira préfère ouvertement les délinquants aux victimes, pour la grande satisfaction des magistrats affiliés au Syndicats de la Magistrature, bien chez eux, au chaud et dans la sécurité de leurs habitations situées dans des endroits chic-bobo.
Et de gauche, la Taubira, bien de gauche, mais avec le portefeuille accroché à droite. Le  comportement ne parait pas trop à gauche non plus, elle a « bénéficié » d’une condamnation aux prud’hommes pour le licenciement abusif d’une collaboratrice. Joli palmarès pour une seule personne, un gros boulet pour le gouvernement Ayrault.
Coté courage politique, un exemple similaire, la belle Najat-Belkassem porte parole du gouvernement et du roi du Maroc (parait-il qu’elle ait quitté précipitamment le deuxième poste peu de temps avant les élections) Elle, qui, comme la précédente, refuse se prêter aux choix des électeurs .C’est un journaliste marocain qui l’appelle « l’espionne du roi » (Mohamed VI) en raison de son appartenance au CCME (Conseil Consultatif des Marocains à l’Etranger) conseil dont les membres sont nommés directement par le Roi du Maroc, et « machine de propagande du royaume à l’international » d’après l’auteur de l’article. (2)
Je fais une parenthèse : pourquoi une ministre comme Aurélie Filipetti, supposée dans une circonscription difficile a eu le courage de se présenter devant les électeurs pendant que les dames Taubira et Belkassem ont fait preuve de lâcheté politique ? Cherchez l’explication…
Pour les autres rigolades, je m’accorde un répit et ce sera pour une prochaine fois.

Sorel ZISSU

(1)    C:\Users\sorel\Documents\AA\ARTICLES\POLITIQUE INTERNE\DIVERS\Monsieur Bayrou, vous êtes un mauvais perdant.mht

jeudi 17 mai 2012

LES FRANÇAIS ONT LA MEMOIRE COURTE ? TROP COURTE !


Au risque de me répéter, je sors de cette campagne électorale pour les présidentielles 2012 avec le sentiment de tristesse et révolte pour deux raisons
-        Tristesse, car c’était une campagne d’une vacuité confondante, e, éludant  les problèmes de fond qui conditionnent l’avenir de notre pays et,
-        Révolte, même rage, en raison des comparaisons morbides et nauséabondes à l’égard du président sortant.
Je me pencherai un peu plus longuement sur ce deuxième aspect.
La gauche et particulièrement l’extrême gauche ont l’habitude de prendre à tout bout de champs, des références évoquant la triste époque de la deuxième guerre mondiale, de l’occupation et de ses et de ces horreurs ; pratique qui en soi n’ rien de répréhensible ni de critiquable. Mais quand ces références sont utilisées à tort, d’une manière ignoble et mensongère, ceci devient grotesque, écœurant. Encore plus quand elles proviennent de la part des responsables des mouvements qui sont loin, très loin d’être irréprochable à ce sujet !
Sur la plage de couverture de l’Humanité, organe du Parti Communiste Français, le candidat Sarkozy apparait en compagnie de Pétain ! Accusé Sarkozy de pétainisme c’est déjà une incongruité, mais venant de la part des dirigeants communistes c’est une obscénité.
Français, rappelez-vous ! En 1939, la France est en guerre avec l’Allemagne nazi et la direction du PCF applaudit le pacte Staline – Hitler sur ordre de Moscou ! Je cite le même « l’Humanité » du 25 aout 1939 : « Le pacte de non-agression avec l’Allemagne s’ajoute aux instruments défensifs passés par l’Union Soviétique…Un accord général même, auquel Hitler serait contrant, …aurait notre assentiment si l’existence … »
Mais le ridicule s’exprime dans le même article de « l’Huma » : « Si la Pologne est attaquée, le pacte avec elle doit jouer. » L’auteur, un certain P. L. Darnar se référait à un pacte de non-agression entre l’URSS et la Pologne. Une semaine, pas plus qu’une semaine plus tard, la Pologne était attaquée, occupée et partagée entre l’Allemagne et l’URSS !!
Plus tard, en pleine occupation, Jacques Duclos, n° 2 du PCF, (le premier –Maurice Thorez- ayant déserté est en fuite à Moscou) faisait le pied de grue devant la Kommandantur pour obtenir la réapparition légale de « l’Huma » ! Et voilà les épigones de ce parti presque défunt et les journalistes de ce même journal se permettent de comparer Sarkozy à Pétain, quelle honte. Mais Monsieur, ces gens-là, ne savent pas ce que c’est la honte.
Restons au sujet de Pétain et du pétainisme ; Jean-Luc Mélenchon le tribun-démagogue, notre khmer rouge  d’opérette va plus loin, comparant Sarkozy à Laval et Pétain.
Bien sur, J-L Mélenchon ne connait pas le plus grand, le plus célèbre pétainiste de l’histoire de l’après guerre ; bien que membre éminent du PS pendant des décennies, thuriféraire de François Mitterrand pendant les années de gloire de ce dernier, l’innocent Mélenchon n’est pas au courant de son activisme pétainiste. Comme c’est bizarre cette amnésie
Et bien, je vais lui rappeler. Si pendant la guerre, F. Mitterrand s’est mis à la disposition totale du Maréchal, c’est normal pour l’opportuniste sans scrupule, dévoué uniquement à sa personne, à son orgueil démesuré. La francisque des mains du maréchal pour ce responsable de la « Légion des combattants et des volontaires de la Révolution nationale », c’est tout mérité et son allure fière le démontre dans le moment de la réception de cette plus haute décoration de la main du maréchal lui-même..
 Le passage à la « résistance » de Mitterrand s’effectue uniquement en 1943, date à laquelle le moins doué, le moins informé  des observateurs n’avait aucun doute sur la victoire des alliés. Encore de l’opportunisme machiavélique.
Mais la proximité de cœur avec le pétainisme,  et les survivants du régime de Vichy fut une constante de sa vie et de son œuvre.
Regarder le témoignage du responsable socialiste George Frèche qui, tout en exprimant son appui à Mitterrand, explique que ce dernier à toujours été d’extrême droite.
video
Les exemples sont trop nombreuses pour les simplement énumérer dans ces lignes : les cérémonies annuelles sur la tombe de son ex-maître - le maréchal – l’amitié indéfectible avec le criminel de guerre Bousquet, l’opposition au déclenchement du procès Papon et la protection discrète mais efficace du milicien Touvier font partie de sa constante maréchaliste.
Mais les Français ont la mémoire courte et maintenant Mitterrand fait figure de grand défenseur de la République, son serviteur fidèle…Et personne ne se rappelle, encore moins les nombreux responsables socialistes qui continuent de le sacraliser) qu’il s’est plutôt servi lui-même (pour protéger et tenir secrète sa famille cachée, tous les dépenses sur le compte du contribuable !)
En même temps que Mélenchon arrive à ressusciter le cadavre de la place du Colonel Fabien, avec sa feuille de chou qui ose encore s’appeler « L’Humanité » ! Pauvre Jaurès, il doit se retourner dans sa tombe…
Sorel ZISSU

lundi 7 mai 2012

L'ELECTION DE FRANCOIS HOLLANDE


Comme il était prévu - voir mon article du 4 mai (1) – M. François Hollande a gagné l’élection présidentielle de 2012, il est le 7-e Président de la 5-e République. J’ai été un opposant actif et résolu à son élection ; mais, en tant que citoyen attaché au bien-être de mon pays, je voudrais lui souhaiter une bonne réussite dans le sens de la sauvegarde des intérêts majeurs de la France.
D’abord un commentaire sur le vote. Nicolas Sarkozy a perdu avec un score tout a fait honorable, bien plus fort que les prévisions des organismes de sondage. Et ceci malgré une hystérique campagne antisarkoziste de la part de la majorité des médias,  la plus outrancière et la plus ignominieuse  depuis l’avènement de la 5-e République. Je n’en citerais que deux :
-        l’organe fascisant Médiapart, digne épigone de « Je suis partout », « Gringoire » et autres  feuilles de même acabit, et
-        « l’Humanité », organe d’un Parti dont les dirigeants ont été les complices des plus grands et affreux massacres qui ont couté la vie des dizaines de millions de personnes, partout dans le monde, des dirigeants à la solde des intérêts étrangers à notre pays.
Un deuxième aspect, valable pour d’autres votations nationales ; une bonne partie de l’électorat français vit avec la tête dans le sable, préoccupée uniquement par les problèmes internes, comme si ce qui se passe à l’extérieur de l’Hexagone n’avait aucune influence sur la situation de notre pays, comme si l’interdépendance économique, financière et même politique n’était pas un facteur primordial pour tout pays qu’il soit.
Maintenant, c’est l’heure de la vérité ! Que peut-on prévoir sur l’évolution à court et moyen terme de la politique du nouveau Président et de ses répercutions sur le sort de nos concitoyens.
Je pense que M. Hollande est un homme intelligent, il ne refera pas les mêmes erreurs que François Mitterrand au début de son septennat, c'est-à-dire de gaspiller l’argent public dans des prébendes de toute sorte. Même s’il souhaitait, il lui sera impossible, les caisses sont vides et les  agences de notation à l’affut. En conséquence toute une partie de ses engagements ne sera pas appliquée.
Je prévois :
-         d’une part des fortes manifestations et mouvements sociaux encouragés par des partisans du démagogue stalinien Mélenchon.
-        et d’autre part, comme réaction de peur et de précaution, des fuites des capitaux à l’étranger (commencées déjà depuis quelque temps) et une accélération des délocalisations industrielles.
De plus, M. Hollande sera acculé à mettre en place des mesures d’une certaine rigueur, absolument indispensables, tout ceci  conduisant à une récession économique, tout le contraire à  la croissance prônée par le candidat.
Je prévois aussi un abaissement de la note de la majorité des agences de notation financière, avec des crédits plus onéreux et une charge de la dette encore plus lourde, charges supportées évidemment, par les couches moyennes.
Du coté du fonctionnement de la société française, il y aura, a moins dans un premier temps, des fortes poussées immigrationistes, majoritairement en provenance du Maghreb et de l’Afrique sub-saharienne, qui ne feront qu’accentuer le communautarisme, phénomène contraire aux fondamentaux de la République et renfoncer par manque d’intégration le sentiment anti-français de certaines couches de la population.
 En ce qui concerne l’aspect politique ; une implosion de l’UMP me parait inévitable, le seul socle de ce parti comprenant des sensibilités très diverses étant la forte personnalité de N. Sarkozy. En son absence, après une défaite prévisible aux législatives, l’UMP se divisera en trois mouvements : une partie  joindra le rassemblement Bleue Marine, une autre se regroupera dans un genre de mouvement néogaulliste et une troisième s’orientera vers les centristes. Centristes qui ne seront en aucun cas dirigés par F. Bayrou, destiné à remâcher ses échecs successifs dans son réduit béarnais et finir dans les poubelles de l’histoire, sans avoir rien compris. Je lui ai prédit ce sort dès 2007 (2) maintenant c’est chose faite.
Marine le Pen a fait le choix de l’intérêt à court terme de son parti (recueillir des adhérents sortis de l’UMP et grappiller quelques chaises à l’Assemblée Nationale) contre les intérêts supérieurs de la nation. Car, après 5 ans, elle avait des chances d’arriver au pouvoir suprême dans les deux cas de figure ; mais le choix d’abstention au deuxième tour, donc le boulevard libre à M. Hollande, c’est le choix d’amoindrir encore plus les chances de redressement du pays.
Enfin, deux choses ont retenu mon attention :
1 Plusieurs proches collaborateurs de M. Hollande proclament d’ores et déjà l’arrivée d’une période très difficile, des épreuves dures à traverser, etc., en raison de la grave crise internationale qui secoue l’Europe. Comment, il y avait-il une crise ? J’avais compris que tout était le résultat de la mauvaise gestion de M. Sarkozy !
2 Je regardais la foule, majoritairement des jeunes, enthousiastes, joyeux et plein d’élan applaudissant place de la Bastille, à l’annonce de la victoire de F. Hollande, leur victoire….
1981, bis répétita, et comme en 1981, le réveil sera très douloureux, la déception encore plus amère. La seule différence, il ne faudra pas deux ans, même pas un seul, pour arriver à cette constatation. Quel gâchis !
Sorel Zissu
7 avril 2012     



mercredi 2 mai 2012

La veille du 6 mai 2012 ! Et après ?

Pas exactement la veille, mais presque…L’élection avec une campagne que nous n’avons jamais connue : la plus inaudible, la plus menteuse et avec le plus de bassesses, sur le fond comme sur la forme.
Les deux candidats se sont maintenus dans des formules généralistes, des slogans « prêt à penser », en évitant le sujet primordial, essentiel : la dette de la France, combiné avec une crise d’une ampleur inconnue depuis la dernière guerre, crise qui est loin d’être finie. Le candidat victorieux (une victoire à la Pyrrhus) sera finalement obligé sinon de le dire, au moins de prendre des mesures en conséquence, mais un peu plus tard, après l’élection. Et les Français d’apprendre que les déclarations sur la grandeur de la France, sur l’avenir de la France, sur le rôle important de la France dans le monde, etc. etc., sont des phrases creuses, c’est du passé. Le présent, c’est de se serrer la ceinture, de faire des économies et de se réveiller enfin de la longue période où nous avons vécu au dessus de nos moyens, dans le gaspillage public et personnel, dans la civilisation de loisirs, en un mot une vie collective, tous ensemble dans l’euphorie d’une forte dose de Prozac.
Sur la période de campagne, en dehors de la vacuité des débats, ce qui m’a le plus choqué c’est l’hystérie de la majorité des médias, contrôlés presqu’unanimement par la gauche et l’extrême gauche (les fascistes rouges, appellation de ces derniers) à l’encontre de Nicolas Sarkozy. Hystérie répugnante, doublée d’une exécrable mauvaise foi qui dévalorise encore plus le métier de journaliste, jadis tellement apprécié. Pour prendre un seul exemple mais significatif : comment ne pas être dégouté de voir « l’Humanité » mettant en face à face Sarkozy et Pétain ?
 D’abord le dégoût du cynisme pratiqué par les communistes français, adeptes sans nuance de la plus sanglante idéologie de tous les temps, responsable de dizaines de millions d’humains massacrés et d’autres, encore plus nombreux, envoyés dans les Goulags ! Même le nazisme n’a pas réussi à les égaler en nombre de morts (c’est vrai, par manque de temps !)
Ensuite parce que l’Humanité fait semblant d’oublier qui fut le vrai pétainiste, autrefois à la tête de la République en alliance avec le PCF ; pétainiste décoré de la francisque, allant déposer des gerbes sur la tombe de son auguste ex-chef et faisant ami-ami avec quelques uns des plus dociles adeptes de Philippe Pétain. Mémoire courte, idées nauséabondes.
Revenant à l’objet, l’élection présidentielle. Je répète, quelque soit l’issu de ce scrutin, la France - plutôt les Français - se réveilleront avec la gueule de bois. Car le défaut majeur d’une grande partie de nos concitoyens, c’est d’avoir la tête dans le sable…de l’Hexagone. A l’extérieur de la France, c’est le vide où rien ne se passe. Toute la mappemonde est concentrée dans les quelques 550000 km2 du territoire métropolitain ! Et ces gens-là, ils votent en fonction de cet univers raccourci. En plus, ils croient dur comme fer qu’un Président de la République Française décide à lui tout seul de l’avenir de ses 65 millions d’habitants…
 Je donne mon avis : l’arrivée au pouvoir « suprême » (quelle blague, dans la conjoncture mondiale) de M. François Hollande est acquise à 90 % ! Que se passera-t-il ensuite ? Si après l’élection de 1981 il a fallu moins de 2 ans pour que la majorité des Français soient déçus de François Mitterrand et de sa politique, cette fois je ne donne même pas un an pour que les mêmes qui auront festoyé sur la place de la Bastille ou ailleurs, se comportent de la même façon. Mais avec un scénario différent : ils ne se retourneront plus vers la droite classique (qui entre temps aura éclaté) mais vers le parti de Mme Le Pen. Je dis le parti de Mme le Pen, car le nom sera changé, même du vivant de son père.
Et les mêmes médias, les mêmes journalistes (je suis gentil pour ne pas les nommer autrement) « corrigeront » leurs feuilles dans le sens du vent, la course à la soupe oblige. Sauf ceux trop mouillés qui crieront au fascisme, omettant de se demander qui est plus démocrate entre Mme Le Pen et M. Mélenchon ou les dirigeants du NPA, Lutte Ouvrière et consorts.
Et après ? La gestion calamiteuse des premiers temps du socialisme triomphant, avec l’appui des caciques du Front de Gauche, des Verts et autre hamonites,(1) feront que la France s’enfoncera encore plus dans la crise (comme si elle ne l’était pas suffisamment) , arrivant à une course à la (contre)performance avec l’Espagne, peut-être même avec la Grèce. Joyeuse perspective, merci pour les jeunes générations qui payeront l’addition déjà bien salée aujourd’hui.

 (1) Le mot « hamonite » de mon invention est un assemblage entre le champignon « amanite phalloïde » et le nom de M. Hamon, prénommé Benoit.

 Sorel Zissu
Mai 2012

dimanche 15 avril 2012

Appel en faveur de J. L. Mélenchon


Voilà un scénario, adapté aux conditions heureusement très improbables de l’élection de Jean-Luc Mélenchon à la magistrature suprême.
Jean Luc Mélenchon est élu le 6 mai 2012 président de la République, en écrasant au deuxième tour Nicolas Sarkozy.
Le gouvernement formé par Pierre Laurent –Premier Ministre – n’est pas encore au complet, main nous connaissons les principaux postes :
- Marie-George Buffet Ministre des Armées
- Martine Aubry ministre de l’Intérieur et des Milices Populaires
- Alexis Corbière Ministre de la Justice
- Clémentine Autin Ministre des Affaires Etrangères
- Audrey Pulvar –Ministre de l’Agit-Prop (simultanément avec sa séparation du social-traitre Montebourg)
Devant la menace réelle des forces contre-révolutionnaires, le Président à déjà prévu la riposte : des unités de l’armée et de la police des Pays Frères (Cuba, Venezuela, Corée du Nord) arrivent par les airs et les mers et sont stationnées dans tout le territoire et les points stratégiques.

Des tribunaux d’exception sont crées parmi les cadres aguerris du Syndicat de la Magistrature. Des milices populaires sont organisées en recrutant en priorité des militants chevronnés, connaissant le maniement des armes et de la matraque, pour maintenir l’ordre révolutionnaire.

Les premières mesures politiques sont prises dans la foulée : l’interdiction des partis fascistes comme le FN, les Identitaires, etc. Leurs principaux dirigeants sont jugés et condamnés à mort (en raison d’une loi d’exception, la peine de mort a été rétablie) Leur exécution est effective. On apprend que Pierre Cassen et Christine Tasin, responsables de formations contre-révolutionnaires ont réussi à s’échapper en passant la frontière allemande pour se réfugier chez les fascistes de Mme Merkel.
Même des gens de gauche (des socio-traîtres), sont arrêtes, condamnés à mort et exécutés ; parmi eux André Gerin, Manuel Vals et Gérard Collomb. Jacques Lang et Bertrand Delanoë sont graciés, le premier travaille comme animateur dans une MJC du peuple, le dernier est nommé membre d’une commission d’application de la morale communiste.
Les médias comme Le Figaro, Valeurs Actuelles et consorts sont interdits. Dans la Télévision et la radio, Mme Pulvar élimine tous les éléments douteux, soit env. 70 % du personnel. Le nombre de radio et chaines de TV sont réduites à 3:La Voix du Président, Le Front de Gauche et le Communiste Vainqueur.
Au mois de juin, les élections législatives, dans des bureaux de vote protégés par des gardes rouges amènent un Parlement composé de : 61 % Député FDG, 23 % PS, 11 % UMP et 5 % MODEM.
En 2013, des mesures économiques sont appliquées: toutes les banques et organismes financières sont nationalisés, ainsi que toutes les entreprises de plus de 20 salariés. Les cadres dirigeants sont rétrogradés à des fonctions de base : ouvriers, chauffeurs-camionneurs, ou similaires. Ils sont remplacés par des éléments surs et gagnés à la cause, essentiellement des membres de FDG et du Syndicat de Peuple. (Syndicat unique, sur la base des cadres de la CGT et du SUD)
Fin 2013 sont constatés des agissements des formations bourgeoises, en liaison avec les impérialistes anglo-américains qui ont comme but le sabotage du régime du peuple. En conséquence toutes les formations de droite (UMP, MODEM et consorts) sont interdites et leurs dirigeants condamnés à des lourdes peines de prison.
En 2014, comme seuls les partis du peuple FDG et PS restent en présence, le Camarade Président offre aux dirigeants et militants socialistes la fusion avec le FDG dans un parti unique : Parti Prolétarien Français (sigle PPF). On vote dans les sections PS et, grâce aux camarades présents aux réunions, tous ceux qui votent contre sont arrêtés le lendemain, jugés et condamnés.
L’année 2015 s’annonce très difficile, la France sortie de l’euro et de l’U. E. s’enfonce dans une crise économique avec des conséquences sociales profondes. Le Président Mélenchon, nommé aussi le Conducator Suprême et le Génie des Pyrénées est conscient que des erreurs ont été commises, les responsables doivent supporter les conséquences où qu’ils soient.
Martine Aubry, accusée de connivences avec les ennemies de la République Populaire Française, (en particulier avec les impérialistes Obama et Papandréou) est condamnée à mort et exécutée ; son mari a pu s’échapper dans les maquis afghans, chez les talibans.
Alexis Corbière, mis en cause aussi, réussi à s’enfuir en Chine (on apprend qu’il est à la tête de la plus grande entreprise sous-traitant d’Apple, dirigeant 120000 ouvriers payés au smic local, env. 115 €/mois pour 65 heures hebdomadaires).
La Ministre des Affaires Etrangères –Clémentine Autain- est jugée ; elle est éliminée de toutes les fonctions et exclue du Parti. Elle a sauvée sa tête, grâce à l’intervention énergique du camarade Chavez avec lequel il parait qu’elle a eu une liaison amoureuse dans le passé.
Toutefois, le principal est sauvé, la révolution a réussi dans son principal but : il n’y a plus de riches, enfin nous sommes tous égaux.
Vive le Camarade Président Mélenchon !

Sorel Zissu
Avril 2012

PS Toute ressemblance avec des personnages ou des événements passés n’est pas du tout fortuite.