dimanche 27 décembre 2015

CORSE : UN SIGNAL D’ALARME AUX POUVOIRS PUBLIQUES

En 2002, un groupe d’enseignants des « quartiers difficiles » (euphémisme…) publiait un ouvrage collectif intitulé : « Les territoires perdus de la République » Cet ouvrage est passé presqu’inaperçu, bien qu’il inaugurait un réalité inquiétante et protéiforme dans certains quartiers, une réalité de rejet de la légalité avec des manifestations massives, d’une violence inouïe et de plus en plus récurrentes. C’est ce qu’ils sont devenus les zones de non droit où ni les pompiers, ni la police et même pas les médecins ne peuvent intervenir sans une escorte quasi militaire.
Les pouvoirs publics ont fermé les yeux malgré les rébellions de 2005 et les trop nombreuses autres manifestations qui montrent que la légalité n’existe plus dans ces zones de non droit qui pullulent sur le territoire national.
Les récents événements à Ajaccio avec le guet apens tendu aux pompiers et policiers suivi de la réaction d’un groupe d’insulaires qui ont saccagé un lieu de culte musulman est un phénomène édifiant. Malgré le fait qu’en Corse ce genre « d’incivilités » (terme du politiquement correct) est plutôt rare, la réaction de certains groupes constitue un sérieux  avertissement que les pouvoirs publics au plus haut  niveau doivent le prendre au sérieux. Si rien n’est fait d’une manière concrète pour que la loi et la légalité soient restaurées sur l’ensemble du pays, des actions d’autodéfense risquent de se produire avec un effet de boule de neige et une dérive possible vers une guerre civile. Situation extrême dont ceux qui nous dirigent (mal) depuis des décennies sont et serons tenus comme responsables.
Dans la situation où nous sommes arrivés, malgré des réactions prévisibles des sempiternels « démocrates » auto désignés, il n’y a pas qu’une seule option : l’imposition de l’état de guerre dans un nombre bien défini de quartiers avec la présence continue de l’armée et passage aux tribunaux militaires des auteurs de graves infractions. Solution qui éradiquera la présence de toutes dérives antirépublicaines incluant la grande et la moyenne  délinquance aussi bien que le terrorisme potentiel.

Mais qui aura le courage d’une telle initiative ?

dimanche 22 novembre 2015

La 5-e colonne et les complices de l’islamisme radical

Cinquième colonne ! Quel soulèvement d’indignation  de la part des politiciens en manque d’arguments, de certains journalistes dont l’incompétence n’est égalée que par leur mauvaise foi, et des exécrables tenants d’un marxisme en putréfaction avancé.
Mais voilà que la réalité revient au galop, plutôt comme un boomerang dans la figure ; malheureusement aussi dans la chair des êtres innocents.
Revenons au sujet : qui constituent cette 5-e colonne agissante ?
Après les tueries de janvier 2015, nos services de renseignements dénombraient environs 5000 terroristes potentiels en France, c'est-à-dire prêts à passer à l’action.  Chiffre qui me paraissait sous-estimé  à l’époque :

Sur les mêmes bases, après les massacres du 13 novembre, leur nombres est de 11000, soit plus que le doublement en 10 mois ! Une augmentation exponentielle qui présage sous peu (1 ou 2 ans ?) à plusieurs dizaines de milliers de  djihadistes dissimulés sur le territoire national, sans compter ceux qui combattent  en Syrie ou Irak. Une dimension cauchemardesque, inquiétante à l’extrême.
Devant cette situation les pouvoirs publics ont commencé à prendre les mesures connues, notoirement insuffisantes à mon avis. Mais c’est déjà un bon début.
Croyez-vous que ces mesures, relativement timides par rapport à la dimension du danger ne trouvent pas des détracteurs parmi ceux que je dénonce comme étant les complices sinon les collaborateurs de l’islam radical ? Bien sur ils se sont déjà manifestés et se sont fait connaître tout au long de cette année de deuil pour le peuple français.
Comment ne pas mettre en évidence les plus zélés collabos issus principalement de l’extrême gauche, toujours prompts à saper les fondements de notre République ?
Le trotzko-fasciste Edwy Plenel patron du torchon Médiapart.  Dans son livre récent, « Pour les musulmans » sous le prétexte de combat contre l’islamophobie, il fait l’apologie de l’islamo sphère radicale, avec l’aide des groupuscules arabes liés au mouvement de Frères Musulmans (dont l’idéologie consiste principalement dans la transformation de tous les pays en Dar al Islam, c'est-à-dire pays soumises à la charia) COLLABO DES ISLAMISTES !.
Un deuxième personnage de même acabit et avec la même orientation politique,  Emmanuel Todd. Il s’est inscrit dès 2005 dans la ligne de maquillage de la réalité, en affirmant que les sauvages qui ont détruits des écoles, des bibliothèques et d’autres biens publics sont les victimes de notre système, de la France. 
Dans l’opuscule « Qui est Charlie »  il a l’outrecuidance de qualifier les personnes qui  ont manifesté en hommage aux victimes de janvier 2015 « des catholiques «zombies» essentiellement issus d’une France périphérique traditionnellement pratiquante qui a dit là – sans le savoir – toute sa haine de l’islam et de la France pauvre. » (Le Point du 22/05/2015) COLLABO DES ISLAMISTES !
Que dire des maires (tous membres du même parti en décomposition avancée, le PCF) qui glorifient les terroristes islamiques ? Voir Marc Everbecq au Bagnolet, Françoise Baud à Valenton  ou Dominique Lesparre à Bezons , COLLABOS DES ISLAMISTES !
L’ex Président du Front de Gauche, notre Pol Pot d’opérette de nom J-L Mélenchon, n’y va pas de main morte ; il réfute l’état d’urgence, il réclame plus de libertés (pour les  terroristes, bien sur) et moins de sécurité (France TV du 22/11/2015) et comme d’habitude pas touche à l’islam(isme)..
A propos de ce vote, six députés ont voté contre : 3 élus socialistes (Pourioa Amirshahi, Barbara Romagnan et Gérard Sebaoun) et 3 écologistes (Noël Mamère, Sergio Coronado, et Isabelle Attard) Leurs électeurs devraient se souvenir pour les prochaines échéances électorales, se souvenir que ces personnes préfèrent la sécurité des islamistes à celle des français. ! COLLABOS DES ISLAMISTES !
Pire encore, les trotzkistes enragés de la NPA, toujours en lutte contre la France, ses valeurs et la sécurité de nos concitoyens attaquent l’Etat et non les terroristes : « la violence aveugle et meurtrière…des bombardements en Syrie...». Ce même 22/11 quelques centaines d’excités de ce micro mouvement se sont réunis pour manifester, malgré l’interdiction contre l’état d’urgence, dénonçant "le racisme de l'Etat au nom de prétendues valeurs de la République".   COLLABOS DES DJIHADISTES !  
La palme de déshonneur revient au célèbre Syndicat de la Magistrature, (bien connu pour le « mur des cons » s’attaquant parmi d’autres aux parents des victimes) qui, dans un communiqué récent attaquent « les mesures tant judiciaires qu’administratives qui seront prises (et qui) ne feront qu’ajouter le mal au mal si elles s’écartent de nos principes démocratiques » et que « l’état d’urgence, décrété sur la base de la loi du 3 avril 1955, ne peut qu’inquiéter » COLLABOS DES ISLAMISTES !   

Pour traduire à ma façon ce communiqué, le message subliminal serait : gentils djihadistes, continuer votre œuvre de bienfaisance, nous juges du Syndicats de la Magistrature nous sommes à vos cotés, nous vous soutenons, nous soutenons votre lutte et vos revendications !
La liste pourrait être plus longue, je ne souhaite pas alourdir ce texte.
Les collabos sont bel et bien présents, comme en ’40 et issus majoritairement du même coté politique  (le pacte Hitler -Staline ne vous rappelle rien ?)

samedi 14 novembre 2015

ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015 : UNE BAGATELLE.

Le titre est volontairement provocateur, mais il contient une réalité que nous aurions tort de la nier.
Malgré l’horreur des ignominieux massacres commis et la révolte légitime qui y découle il faut être conscients que ceci n’est qu’un des premiers pas (avec les précédents de janvier)  pas encore aussi atroces que ceux qui suivront dans la guerre, cette 3-e guerre mondiale dont nous assistons impuissants depuis quelques années. Guerre qui n’est qu’aux premiers balbutiements et devant laquelle les dirigeants des pays libres (mais aussi ceux des dictatures théocratiques) ne savent pas combattre car il s’agit d’une guerre asymétrique où les armées ennemis sont disséminés partout, apparemment inconnus, au milieu de nos propres pays. 


Oui, il s’agit de cette « 5-e colonne » dont les bons âmes ne veulent pas entendre mais qui est bien présente sur nos territoires et qui est mille fois plus importante en nombre, plus agissante et plus équipée en moyens que celle d’il y a 80 ans. Même un ignorant comme moi dans les problèmes de sécurité nationale peut se rendre compte de la gravité de la situation : ce genre d’acte se répétera surement et n’importe où sur le territoire, de plus en plus atroces, de plus en plus fréquentes et de plus en plus meurtrières. 
Nous payons durement les erreurs gravissimes de nos dirigeants depuis 40 ans, il faut leur dire merci.
Quant aux mesures à prendre, ce serait de faire une pause partielle sur l’application de certaines libertés :
-        déclarer la loi d’urgence (conf. à la loi no 55-385 du 3 avril 1955) avec l’instauration des mesures exceptionnelles sur ensemble de la France métropolitaine, y compris la Corse
-        ceci  complété par l’état de siège dans des zones bien distinctes (art 36 de la Constitution) qui permet le contrôle de certains territoires par l’armée et sous l’autorité des tribunaux militaires.
-        déclarer le terrorisme djihadiste comme un menace cruciale pour la sécurité nationale et faire voter des lois exceptionnelles à l’égard de ceux qui commettent ces actes, qui les préparent ou les aident. Et le traitement de ces crimes par des tribunaux spécifiques.
-        l’infiltration de tous les lieux de « culte » ou les associations supposés d’être des noyaux de propagande salafiste et/ou djihadiste, suivi d’éloignement des éléments dangereux par voie administrative et pas judiciaire et de la déchéance de la nationalité pour certains d’entre eux.
-        Du moment que des autorités musulmanes ont déclarés que les actes djihadistes n’ont rien à voir avec l’islam, de procéder à des sépultures « haram » (haram c’est le contraire de halal) en présence des imams.  Comme la mort ne rebute pas les auteurs de ces barbaries (au contraire, ils se croient mourir en martyrs en étant récompensés dans leur Paradis…) cette mesure dissuadera la plupart d’entre eux de passer à l’acte
Ce sont mes idées mais je suis presque convaincu que les  impotents au pouvoir se contenterons de faire des déclarations tonitruantes, d’organiser des manifs ronflantes suivies de marches blanches (ou d’autres couleurs) avec des slogans NOUS SOMMES TOUS DES BATACLAN ! Et point barre, en attendant les suivants massacres, avec les mêmes rituels.

S. Z., 14 novembre 2015


P. S. Après la rédaction de cet opus, j’apprends que l’état d’urgence à été decrété ! C’est bien, j’attends le reste.

lundi 26 octobre 2015

CGT : SYNDICAT ENEMI FAROUCHE DES SALARIES

Syndicat ? Que nenni, c’est une appellation abusive, la CGT a  les caractéristique du syndicalisme  tout autant que moi celui d’un prêtre bouddhiste !
Comment voulez-vous qu’on nomme syndicat, ce groupuscule lilliputien aussi insignifiant en nombre que malfaisant en actions ?  Pour preuve, la CGT revendiquait  692000 adhérents fin 2013 (chiffre optimisé car « élaboré » par eux-mêmes !)
Si on déduits le nombre de retraités, le chiffre est d’environs 680000 salariés, soit moins de 2,9 % des salariés français !!! Chiffre ridicule, d’autant plus qu’il est beaucoup plus faible dans le secteur privé (1.60 %)    Il a diminué de 90 % par rapport au nombre d’adhérents à la fin de la guerre ! Pour voir la confiance des salarié par rapport à la secte CGT.
Contrairement au faible nombre d’adhérents, la puissance de nuisance de la CGT est énorme. La CGT a la particularité d’être une organisation qui par son intolérance, son jusqu’auboutisme, sont étroitesse d’esprit  et son parti pris idéologique amène à des résultats néfastes pour l’économie française et surtout contre les intérêts des salariés qu’elle est censée de défendre.

1 CGT destructeur d’emplois

Les exemples sont multiples où par la politique destructive de ces enragés il y a eu comme conséquence des pertes d’emploi souvent massives, soit par l’abandon des actionnaires, soit par celui des éventuels repreneurs et finalement la disparition des entreprises ou des entités entières, participant à  l’accroissement du chômage. Quelques exemples de loin non exhaustifs.
Souvenez –vous :
-        De la tragédie de la sidérurgie  lorraine et nordique où la CGT a joué un rôle de sape. 
-        A l’usine Continental de Clairoix où après des mois de sabotages, la CGT a « réussi » à mener à fermeture de l’entreprise.
-         Goodyear d’Amiens Nord est un exemple d’école, l’action destructrice de la CGT a dégoûté le seul repreneur valable, la société Titan
-        Quant au désastre de l’usine PSA d’Aulnay, la CGT bien que minoritaire a joué son rôle maléfique par des grèves ininterrompues.
-        SNCM, la triste décadence d’un fleuron du transport naval qui vie actuellement ses derniers jours est l’œuvre capitale et intégrale de la CGT
-        La tragique disparition des usines Moulinex en Basse Normandie est lié aussi à la CGT ; Thierry le Paon, le futur éphémère secrétaire général de la CGT  a joué un rôle essentiel

Mais le rôle nuisible pour l’emploi ne se limite pas uniquement aux actions directes, tels que ceux cités précédemment. Les grèves répétitives dans des secteurs publics et parapublics où la CGT est majoritaire (SNCF, RATP et les transports urbains, par exemple) paralysent de secteurs entiers de l’économie nationale, contribuant à la fragilisation et probablement à la disparition des nombreuses sociétés.
Quant à l’opposition farouche aux horaires aménagés, du travail en soirée et le travail de dimanche dans les zones touristiques,  mesures demandées et plébiscitées par les salariés eux-mêmes, que penser ? Ce n’est pas un parti pris idéologique, contraire à l’emploi et à l’augmentation des revenus salariaux ?
2 CGT organisation de type mafieux
Quelles sont les caractéristiques principales d’une organisation mafieuse ?
-        L’obtention des gains par des méthodes illégales (la corruption)
-        L’utilisation de la violence pour aboutir à ses fins
 Eh bien ces mêmes moyens sont utilisés par la CGT voilà quelques preuves.
La corruption :
La CGT (comme certains d’autres syndicats) puise dans des subventions plus mais aussi moins légales. Souvenez-vous du procès de Denis Gautier-Sauvagnac, ancien président de l'UIMM déclarant  l'utilisation des fonds occultes du patronat pour « fluidifier les relations sociales ». Sic !
Même plus : Henri Krasucki a demandé en 1985 au conseil central des syndicats de l'URSS d'accorder à son syndicat une aide urgente de 10 millions de francs. Cette aide, approuvée par le Politburo du Parti communiste de l'Union soviétique, sera accordée en deux versements en 1985 et 1986
Autre exemple : la CGT a été mise en cause dans le financement du comité d'entreprise d'EdF depuis les années 1990. Jean Lavielle et Brigitte Dareau, anciens responsables du CE d’EDF ont été mis en examen à ce titre. Il y a eu des condamnations en première instance, plus de 20 ans après…Les exemples sont si nombreuses qu’il est plus facile de vous donner à lire :
Bernard Zimmern : « La dictature des syndicats
Roger Lenglet et Jean-Luc Touly : « Syndicats. Corruption, dérives, trahisons »French Corruption » et « L’argent noir des syndicats »
 Gérard Davet et Fabrice Lhomme : «French Corruption »
Les dossiers du Contribuable : « Enquêtte sur la CGT » 

La violence.

 Elle est le fait marquant des dizaines d’années « d’action syndicale » de la CGT, de manière continue, persévérante et de plus en plus brutale. L’épisode de l’essai de lynchage des cadres d’Air France n’est qu’un détail dans la longue liste d’exaction des nervis de la CGT.
Les agressions des gros bras du CGT du Livre sont bien connues : lors de la sortie du quotidien Metro en 2002 de nombreux cas de violences physiques vis-à-vis des distributeurs de Metro par des membres du syndicat du livre ont été constatés ; en février 2009, le syndicat s'en prend au gratuit Direct Matin Plus, propriété du groupe Bolloré, en envoyant un commando de 40 personnes asperger d'eau 150 000 journaux ; le 17 avril 2010, 40 militants de la CGT ont mis à sac la permanence du député UMP Richard Mallié qui avait déposé une proposition de loi visant à supprimer la loi Bichet[ ; en septembre 2012, 200 militants mettent à sac le centre de logistique de l'entreprise Géodis (distribution des magazine) utilisant  des battes de baseball, des barres à mine et des marteaux ; en septembre 2012, 200 militants mettent à sac le centre de logistique de l'entreprise Géodis (distribution des magazine) utilisant « des battes de baseball, des barres à mine et des marteaux 
La CGT des dockers a réussi par ses actions souvent violentes de couler le port de Marseille et des nombreuses entreprises locales. Roland Blum, premier adjoint au maire de Marseille a eu le courage de dire : « Pour moi la CGT c’est le cancer qui tue progressivement le port de Marseille »
 En 2009, les actions répétées du syndicat ont saboté l’UNM (Union Navale de Marseille), le dernier chantier de réparation navale ; les cégétistes prennent alors à parti la directrice générale, Ingrid Sanchez, la traitent de « fille de p… », la menacent de mort, lui crachent dessus. La même année, une attaque commando de salariés de l’UNM vise le siège de la direction. Le directeur général adjoint reçoit au visage des jets de sardines et d’oursins, les bureaux sont saccagés… Un autre « commando » fait sauter les bouchons situés sous la quille d’un navire du port. Le bateau est mis hors d’usage. Et l’on découvrira des cocktails Molotov cachés sur le site…
Il y a pire ! Des brutes de la CGT pratiquent le sexisme et le harcèlement contre des femmes. L’exemple le plus connu : à la RATP, «une vingtaine de conductrices de bus, dont plusieurs membres de la CGT, dénoncent les discriminations dont elles se disent victimes au quotidien et qui seraient, selon elles, le fait d'une poignée d'agents musulmans professant une lecture rigoriste du Coran. »
En savoir plus sur :


CQFD

dimanche 18 octobre 2015

AU SECOURS ! APPEL POUR DES VRAIS POLITIQUES

Le monde en sa totalité, mais particulièrement L’Europe et donc la France subissent le  plus grand bouleversement de toute l’histoire de l’humanité qui affecte tous les domaines : géopolitique, inter-religieux, démographique et climatique.
Ce bouleversement a et aura des conséquences sur les peuples et les nations d’une ampleur incommensurable, conséquences que nos dirigeants actuels ne savent pas et ils n’ont pas su anticipé et prendre des mesures adéquates.
Nous commençons à apercevoir une infime partie de ces conséquences ; et je suis abasourdi par la nonchalance, l’impréparation et surtout l’aveuglement de l’ensemble des dirigeants  politiques connus.
La situation est très grave, l’urgence demande des actions rapides et conformes aux enjeux.
De toutes les époques, mais particulièrement dans des situations très difficiles et d’une gravité et urgence maximales, les peuples ont eu besoin des leaders visionnaires, intrépides et surtout d’un courage hors normes pour agir dans l’urgence et avec efficacité.  Actuellement je ne vois aucun parmi les grands leaders de l’Union Européenne qui peut prétendre avoir ces qualités.
Souvenez-vous qui était Winston Churchill vers la fin des années ’30 du siècle précédant : un vieux cheval sur le retour, en marge de l’establishment politique anglais et objet des d’un regard condescendant sinon ironique de la part de la plupart de ses concitoyens pour ses diatribes.
Qui connaissait le général De Gaulle en 1940-41 ? Un obscur officier, nommé général deux étoile très peu de temps avant et un éphémère sous secrétaire d’Etat.
Ce sont quand même eux deux et uniquement ces deux là qui ont démarré cette entreprise prométhéenne (apparemment voué à l’échec) de tenir tête à l’énorme machine de guerre nazie, qui ont entraîné leurs peuples et finalement d’autres peuples dans cette œuvre salutaire jusqu’à la victoire finale.
Voilà deux exemples de personnalités hors commun qui ont eu la force et la volonté, contre vent et marées, dans des situations désespérés (même banni et condamné à mort pour le Général) de poursuivre sans relâche leurs convictions, leur détermination pour sauver leurs patries.
Ce sont le genre de personnalités dont l’EUROPE, la FRANCE ont grandement  besoin. Il est tard, bien tard, ce n’est peut-être pas encore trop tard, mais qu’ils arrivent et agissent, bon sang. 


vendredi 16 octobre 2015

Une publicité épatante

Je suis de nature publiphobe ou, pour être plus précis (et en conformité avec une assertion dans un article précédant), je suis très-très réticent à l’adresse de la majorité des publicités dans l’ensemble des médias. Elles sont d’une qualité déplorable de tous les points de vue ce qui me donne          envie de les zapper avec un plaisir non dissimulé. Même plus, si un vendeur utilise comme argument « vue à la TV », je l’élimine d’office.
Mais, de temps en temps pour une pub sur 20 (ou trente) je lui trouve un peu d’humour et je la regarde.
La publicité dont je voulais vous parler ce n’est pas une publicité marchande (déjà un point positif) on la voit dernièrement assez souvent sur nos chaines nationales. Il s’agit d’un appel pour les restos du cœur qui montre leur besoin d’aide.
Jusqu’ici rien que du banal. Mais après une analyse plus profonde, je lui trouve une symbolique   formidable car elle présente un parfait condensé de la société actuelle.
Une description pour ceux qui ne l’ont pas regardé attentivement : un jeune homme, visiblement fatigué (sinon au bout de ces forces) transporte sur son dos un enfant, une femme et un autre jeune homme. Deux passants remarquent sa fatigue et le déchargent de l’enfant et la femme.
Mais le plus fort arrive : le jeune qui porte sur son dos les autres est visiblement exténué ! Pendant que l’autre jeune, qui continue à rester sur son dos, à l’air en pleine forme, en bonne santé et d’une allure solide, tout contrairement au premier. Ce exactement la vision de notre société actuelle où une quantité des personnes en capacité de travailler et capables de trouver un travail (voir le nombre de poste disponibles dans certains secteur non pourvu) préfèrent vivre avec des aides sociales, devenant les parasites de notre société, tout sur le « dos » de autres, ceux qui travaillent et produisent la richesse nationale.
Je suppose que les créateurs de ce clip publicitaire n’ont pas remarqué cet aspect, sinon ils auraient évité de l rendre publique, tellement il est anti-politiquement correct.


lundi 21 septembre 2015

LA GAUCHE ET LES FONCTIONNAIRES

Il y a trois jours, pendant un petit-déjeuner/débat organisé par le think tank « En Temps réel » M. Macron a fait remarquer en off que le statut des fonctionnaires n’est pas un tabou. Affirmation qui est devenue publique, après sa diffusion par le magazine Chalenge.
Enfin un homme courageux et  une vision claire à gauche ! Normal pour une personne qui peut vivre très bien en dehors de la juteuse position de politicien, ce qui n'est pas le cas de la majorité des membres du gouvernement actuel.
Il ne s'agit pas, MAIS PAS DU TOUT de tirer sur les fonctionnaires. Ils sont nécessaires, même plus, indispensables  pour le bon fonctionnement d’un pays moderne.
Qui peut ignorer le rôle du personnel hospitalier pour notre sante ? Ou des policiers, gendarmes et autres forces de l’ordre pour notre sécurité personnelle et la protection de nos bien ? Sans compter celui des professeurs pour l’accès au savoir de nos enfants ? La liste est longue et elle est destinée, bien sur, à ceux qui exercent consciencieusement leur métier. Par contre, leur statut est anachronique et incompatible avec la situation actuelle de la France : être inamovible même si on est incapable et/ou indolent, paresseux, ce n'est pas admissible. Avoir et la sécurité TOTALE de l'emploi et le pouvoir de nuire par l'action de leurs syndicats irresponsables via des grèves répétitives est aussi inadmissible. Avoir des avantages financières disproportionnés par rapport aux salariés de privés à fonction similaire (retraites, jours de carence et j'en passe) c'est anormal et injuste.
Je pense que M. Macron a dépassé la ligne rouge pour le PS, car la majorité de fonctionnaires constitue le dernier carré électoral de la gauche (il commence à s'effriter aussi) Après la mise en cause par le même de la sacro-sainte loi des 35 heures…
Revenons aux faits. Que peut-on reprocher au statut actuel ?
L’inamovibilité  de tout fonctionnaire (même de déplacer une secrétaire d’un ministère à un autre est impossible sans l’acceptation expresse de l’impétrante) est devenu un frein majeur, même plus, une paralysie du système socio-économique du pays.
Car il est indispensable de favoriser les agents qui sont travailleurs, consciencieux et efficaces, sur des critères objectifs, par rapport aux moins bons. Et surtout, le plus important, de rééquilibrer la répartition de ceux-ci en fonction des besoins réels !
Le poids de la fonction publique en France est supérieur de presque 10 % à la moyenne des pays de l’U.E. !
En conséquence pour faire des économies réelles, de réduire d'une manière ferme le nombre des fonctionnaires là où ils sont en très fort surnombre : dans les fonctions administratives nationales (ministères et comités Théodule) et territoriales (régions, suppression des départements, dans les communautés de communes, communautés urbaines et communes) Et augmenter le nombre dans les domaines régaliens où leur nombre est insuffisant ; justice et police par exemple. Et aussi dans le domaine du contrôle des fraudes fiscales et aux prestations sociales, fraudes qui sont chiffrés à des dizaines de milliards d’euro par an dans les comptes publiques.
C'est une reforme importante, difficile à réaliser  vu le fort potentiel nuisible des soi-disant syndicats (vu le nombre de salariés syndiqués en France l’appellation «  syndicats » est abusive)  mais absolument indispensable pour la survie de notre pays, pour alléger la dette  lourde qui paralyse l'économie et condamne les générations futures.



lundi 6 juillet 2015

LA GRECE, HELAS !

Je commence avec ce jeu de mots, car HELLAS est le nom attribué à la Grèce antique sous le premier règne de l’empereur Justinien II. Et qui est maintenant utilisé par des spécialistes et les grecs eux-mêmes avec ses dérivés : hellénisme, hellénistes, période hellénistique.
Mas hélas, la Grèce de la période moderne, n’est plus, loin de ça, la Grèce d’antan, la Grèce qui a  largement contribué à la science, à la culture et à la création de notre civilisation. Quelle décadence, triste décadence.
Je suis saisi, meurtri par le résultat du référendum de  dimanche 5 juillet 2015, proposé par les actuels dirigeants grecs. Manière de se disculper de leur aventurisme doublé d’un incroyable dilettantisme que le gouvernement Tsipras a mis en place comme ligne politique depuis son arrivé au pouvoir. Avec les conséquences connues qui ont accentués dramatiquement le sort du peuple grec.
Les raisons à l’origine du chaos actuel son bien connues : l’entrée de la Grèce dans la zone euro, basée sur des comptes grossièrement falsifiés. Mais la responsabilité des  dirigeants grecs de l’époque est à partager avec l’incompétence de la Commission  Européenne, de ceux qui ont actés cette entrée. Par ailleurs, toute la création de cette zone fut une erreur, car regrouper dans une monnaie commune des pays si disparates économiquement, fiscalement, du droit du travail comme des lois sociales est un contre sens, une aberration dont  nous tous payons et payerons les conséquences. Nous mais pas les responsables de cette faute grave, les bureaucrates de Bruxelles.
Revenons à la Grèce ; dans l’état où l’économie de ce pays se présente, le remboursement de l’énorme dette contractée (environs 320 Md d’euros) est une chimère, malgré les sacrifices imposés au gens. Aux gens du peuple, mais pas aux richissimes armateurs, non plus à la puissante et aussi très riche église orthodoxe. Encore un exemple de l’incurie des gouvernants grecs (de tous bords) sans compter les fraudes fiscales qui étaient devenus un sport national, tout aussi bien que la corruption endémique. Corruption qui émane de son histoire, l’appartenance de la Grèce à  l’Empire Ottoman qui a hissé la corruption à un dogme, a imprégnée tous les pays et les peuples du croissant ottoman, de l’Afrique du Nord, le Proche et Moyen Orient jusqu’aux Balkans. J’ai analysé ce phénomène quand la crise grecque s’est relevée pour la première fois, en 2010 :


Alors, comment ne pas être meurtri, quand une majorité de ce peuple se réjoui du résultat de ce référendum qui a une seule but : ne pas payer leur dette colossale (315 Md d’euro) et en plus obtenir d’autre « prêts » qui auront la même finalité. Et tout cela au nom de la fierté du peuple grec !!
C’est le tonneau des Danaïdes, pour utiliser un conte issu de cette merveilleuse mythologie gréco-romaine ! Que pensent les pays européens qui ont toujours menés une politique économique et budgétaire sérieuse ? Que pensent d’autres pays européens (Italie, Portugal et Espagne) qui, au prix d’une cure d’austérité drastique arrivent à s’en sortir. Et que pensent les citoyens européens condamnés à payer sans cesse pour remplir les caisses vides d’un Etat faillitaire et qui ne remboursera jamais les sommes versées ?
Lisez une analyse détaillée et sérieuse sur la situation catastrophique de la Grèce dépuis des dizaine d'anée ; article publié par le journal "les Echos" au mois de février 2015 :

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-124498-grece-quatre-pistes-de-reformes-qualexis-tsipras-pourrait-proposer-1096223.php

Je suis interloqué, j’attends la suite de ce mauvais feuilleton qui a trop duré 

POUR CEUX QUI ME TRAITAIENT DE CASSANDRE. ET POUR LES AUTRES

Oui ! Les plus gentils me traitaient de Cassandre (surnom assez flatteur puisque d’autres, dans d’autres temps,  affublaient du même mot Mme Geneviève Tabouis, célèbre journaliste d’avant guère qui avertissait l’humanité sur le danger hitlérien ; avertissement sans trop de succès, par ailleurs.)
Certains me cataloguaient de « déclinologue », terme attribués aux personnes qui constatent et affirment que notre civilisation est en pleine décadence ; moi, plus radical,  je me considère plutôt « finaliste » car je trouve notre civilisation dans un stade de décomposition finale. Je l’affirme depuis une douzaine d’années et maintenant ce sont les évènements qui le soulignent d’une manière indubitable.


Enfin, je suppose que d’autres me traiter carrément d’extrémiste ou islamophobe ! Sur ce dernier terme, je l’ai déjà dis et je répète qu’il s’agit d’une utilisation imbécile d’un mot qui constitue un non sens. Si je combats l’islamisme (que ce soit à la sauce whahabite, salafiste, takfiriste, djihadiste et j’en passe) ce n’est aucunement une phobie, terme qui veut dire peur irraisonné, maladive. C’est tout simplement un refus, une lutte contre une idéologie monstrueuse et elle est ontegrée dans la totalité des gens sensés, y compris par beaucoup de personnes d’origine musulmane, beaucoup plus qu’on le croit. Mais l‘inculture est si bien enracinée dans l’esprit de certaines personnes prétendument évoluées intellectuellement comme des politiques, journalistes, sociologues et d’autres. Et ils continuent d’utiliser ce mot à tort et à travers.
Enfin, après l’énième attaque barbaresque de nature purement islamiste et perpétrée au nom d’un certain islam –celui du califat- je commence à entendre des phrases et des mots conformes à la triste réalité : « guerre de civilisation » (même si je préfère « la barbarie en gierre contre notre civilisation »), « la troisième guerre mondiale » et « la cinquième colonne sur notre territoire » ou « islamo-fascisme » (ici aussi je préfère nazi-islamisme » car le fascisme de type mussolinien est un jeu d’enfant par rapport aux manifestations d’une cruauté inhumaine de ces nouveaux monstres) Ceci ne peut que me réconforter, car les personnalités politiques, intellectielles et quelques peu, trop peu de journaliste qui les ont utilisé viennent de tous bords, ce qui me fait espérer des actions concrètes  et pas  uniquement des mots.
En même temps, je me sens  obligé de constater sans fausse modestie, que je peux prétendre le droit d’auteur, vu l’ancienneté, je dirais même la paternité de ces expressions.


Et, malgré tous ces éléments tangibles, d’un réalisme flagrant, d’une actualité sans conteste, ils se trouvent encore des imbéciles sinon des individus et groupuscules qui souhaitent ardemment la mort de notre civilisation, de notre mode de vie. Je ne parle pas des adeptes et/ou admirateurs de l’Etat islamique et consorts, non ! Je parle d’une part de ceux que j’appelais « les nouveaux fascistes » groupés (ironie de l’histoire…) à l’extrême gauche de notre échiquier politique ou des groupuscules d’extrême droite filo-islamistes. Et je n’hésite pas les citer : d’une part les NPA du richissime « postier » Besancenot, la majorité des caciques du Front de Gauche avec en tête le Pol Pot d’opérette Mélenchon, des derniers survivants d’un PCF en putréfaction et quelques Verts (mais pas murs) genre Mme Duflot. D’autre part les hystériques du CIVITAS qui essayent de démontrer « l’innocence » des islamistes et dénoncent l’Occident comme seul coupable du génocide des Chrétiens d’Orient ; suivis « in extenso »  par les fanas de la nébuleuse Soral-M’Bala. Pour voir jusqu’où peut mener l’ignominie de certains énergumènes.
A contrario, je ne peux pas omettre de citer une voix qui sans hésiter a toujours dénoncé l’hydre islamiste ; et je le fais avec plus de plaisir et reconnaissance, du fait de son appartenance politique qui est tout le contraire de la mienne: il s’agit de M. André Gerin, ancien maire et député communiste de Vénissieux. Il a eu la gentillesse de m’envoyer sa dernière tribune sous le titre :
« L'intégrisme islamique : une menace de l'intérieur »
Je sens un devoir de citer aussi une voix qui depuis longtemps n’hésite pas de dénoncer les déviances d’un certains islam ; il s’agit du député socialiste de l’Essonne qui, bien que pas très bien vu du coté de la rue de Solferino pour son franc parler, a élaboré un rapport demandé par le Premier Ministre sur la radicalisation des jeunes. Son contenu, malgré quelques incongruités, met en lumière la forte déconnexion d’une importante frange de la jeunesse musulmane (et la plupart des convertis)  par rapport à notre société, à ses valeurs et ses règles. Situation plus qu’inquiétante, d’autant plus que des mesures réelles, palpables et surtout efficaces ne sont pas trouvables ni dans son rapport, ni dans les préconisations des spécialistes et experts en la matière. Les responsables des organisations musulmanes de France eux-mêmes se déclarent aussi impuissants, aussi déconcertés et désorientés devant ce  phénomène.

Alors, que faire ? Et, ce n’est pas trop tard pour faire ?

vendredi 24 avril 2015

L’ISLAMISME FINIRA QUAND LE PROBLEME PALESTINIEN SERA REGLE

J’entends et je lis souvent que la résolution du conflit israélo-palestinien réglerait d’une manière définitive tous les problèmes lié à l’islam radical. Pour parler en langage vrais (pas de langue de bois) ceci se traduit par la disparition totale  de l’Etat d’Israël et l’établissement d’un Etat Arabe, sur l’ensemble du territoire de l’ancienne Palestine mandataire.
Euréka, voilà la solution de tous les problèmes, les nôtres comme ceux des autres pays ou nations où la menace djihadiste est présente, soit sur la presque totalité de la planète.  Qu’est qu’on attend pour être heureux, comme disait jadis notre grand barde Trenet.
Tout deviendra pacifique, l’humanité régnera partout, le souci du bien-être des citoyens sera le seul  but pour tous.
Nous pouvons déjà regarder de plus près quelques exemples qui, jusqu’à présent, procuraient des inquiétudes à tous les peuples et aux gouvernants des pays concernés et qui seront automatiquement résolus par la disparition d’Israël.
En Irak et Syrie, le calife Al-Baghdadi de l’Etat Islamique prononcera un discours historique, en demandant pardon pour quelques petits excès commis ici ou là, mais sans méchanceté), et qui étaient destinés uniquement pour alerter le monde du péril sioniste. Il demandera aux troupes fidèles de retourner chez eux et ceux qui sont disponibles, de travailler bénévolement à la reconstruction des bâtiments et des œuvres d’art détruits (par maladresse, bien sur) pendant la période précédente. Pour lui-même, il sollicitera  modestement la place de Secrétaire Général de l’ONU, un poste qui lui semble le plus adéquat en raison de sa haute prestance humaniste. En grand mécène, il mettra sa richesse à la disposition d’un fond de réinsérions des chrétiens et yazidis qui par mégarde se sont enfuis de ces régions.
Et dans ces deux pays, les sunnites et les chiites ferons une grande fête de réconciliation  bras dessus- bras dessous sous le regard attendri des ayatollahs iraniens (qui entre temps auront sans doute renoncé à la bombe nucléaire) En signe de reconnaissance, Bachar al Assad, construira un mausolée à la gloire des dirigeants du Daesh et d’Al Nosra.
Sur l’autre continent, l’Afrique, nous verrons les doux guerriers de Boko Haram libérant les centaines (ou milliers) des filles kidnappes et leur accordant le divorce (pour celles mariées de force) en plus des soins chirurgicaux pour retrouver leur virginité. Quant aux autres groupes spécialistes en farces et attrapes de genre tueries, rapts, massacres et autres joyeusetés, elles se transformeront dans des associations caritatives pour aider les populations en difficulté. La plus connu, l’Aqpa (Al-Qaïda en Péninsule Arabique) mettra tous ses moyens pour fertiliser le désert, pendant que son frère l’Aqmi (Al- Qaïda au Maghreb Islamique) concentrera ses forces pour le développement social et culturel de Mali et autres pays du Sahel.
Les Shebabs somaliens auront suffisamment  du boulot pour la reconstruction de leur pays, ne leur demandons pas plus.
N’oublions le sous continent indien, le conflit indo-pakistanais prendra fin, le Cashmere  deviendra le terrain de réconciliation confessionnelle entre les hindous et les musulmans sous l’égide bienveillante  du mouvement Tablighi Jamaat  qui adresse des messages de sympathie aux indiens dans ses 15000 madrasas (écoles coraniques) dont il dispose. Ils récolteront des dons en faveur des victimes des attentats de Bombay et New Delhi.
Même Jemaah Islamiyah dont le but est d’établir un État islamique englobant le sud de la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, l’Indonésie, Brunei, et le sud des Philippines,  ferons leur mea culpa en demandant pardon pour le passé et se convertirons aux religions majoritaires dans ces pays, en signe de coexistence pacifique.
Et chez nous, dans notre bonne vieille Europe et particulièrement en France ? Ben, ce sera la Nirvana !
L’UOIF, la branche française des Frères Musulmans, appellerons leur fidèles pour aider les juifs pauvres (pardon j’ai oublié qu’il n’existe pas des juifs pauvres) et contribuer aux travaux d’embellissement des synagogues. Sous la houlette de MM. Omar Lasfar et Tarek Obrou, ils militeront pour l’interdiction du niquab partout et du voile à l’université, en promouvant une grande tolérance alimentaire, sous le slogan : tout est bon dans le cochon.

Ce n’est pas beau ce monde ?

dimanche 5 avril 2015

GUERRE DE CIVILISATIONS ? NON GUERRE ENTRE NOTRE CIVILISATION ET LA BARBARIE

En 1996, un (encore) obscure professeur de Harvard, Samuel Hutington, publiait un essai intitulé « Le Choc des civilisations » (en anglais « The Clash of Civilisations and Relaking of World Order) essai qui est devenu un must procurant des débats interminables et contradictoires. Très succinctement il évoquait le remplacement de l’opposition entre les deux blocs (communiste et occidental) par un monde de civilisations  totalement conflictuelles.
Cet essai traduit en français l’année suivantes fut – rien d’étonnant – mis à l’index sinon vitupéré, accusé de tous les maux et brulé virtuellement sur le bucher dressé par la grande majorité de notre intelligentsia (pas synonyme d’intelligence) journalistique et politique.
Les années ont passé et les horreurs et atrocités commises dans toute la planète, d’Algérie à New York, en passant par la Lybie, Soudan, Inde et Pakistan, l’Angleterre et l’Espagne et maintenant Irak, Syrie, Nigéria et Kenya constituent les malheureux exemples que nous sommes bel et bien dans un guerre entre notre civilisation et la barbarie que certains de nos leaders n’osent pas prononcer : la barbarie islamiste. Car elle n’a rien d’une civilisation ! L’économiste Frédéric Saint Clair dans le Figaro du 25/09/2014  définit bien l’essence du phénomène en parlant de l’Etat Islamique (mais extensible à l’ensemble des mouvements djihadistes) : « pour qu'il y ait choc des civilisations, il faudrait que l'Etat islamique incarne lui-même une civilisation, or il n'en est rien. Ni valeurs morales. Ni humanisme. Ni intelligence de l'esprit. Ni intelligence du cœur.»
Nous en sommes arrivé là, il s’agit bel et bien  d’une troisième guerre mondiale qui a commencé réellement et qui se propagé inexorablement sur l’ensemble de la planète :

http://zissus.blogspot.fr/2014/10/la-troisieme-guerre-mondiale-lhorizon.html

Ce qui est un peu rassurant, c’est que malgré le déni, sinon la totale cécité d’une grande partie de nos leaders politiques, la réalité flagrante oblige les langues se délier même parmi les personnalités de gauche munies de courage et liberté d’esprit (ce qui n’est généralement pas la marque de fabrique de cette partie de l’échiquier politique)
Je cite d’abord le visionnaire philosophe Michel Onfray, qui met en évidence avec clarté ce que beaucoup de gens avaient conscience mais pas le courage de l’exprimer publiquement, à  savoir : « Prétendre qu’il n’y a pas un choc des civilisations entre l’occident localisé et moribond et l’Islam déterritorialisé en pleine santé est une sottise. »


Ce qui est plus étonnant, c’est la position d’une personnalité dont la voix résonne au-delà de notre pays, au-delà de toute l’Europe ; il s’agit du pape François qui dans les cérémonies de Pâques a prononcé de paroles fortes et inhabituelles de la part d’un haut prélat de l’Eglise Catholique. Car d’habitude, les hiérarques catholiques faisaient aussi dans le politiquement correct, en évitant soigneusement de mettre le doigt sur ce qui fait  mal, de dire ouvertement les choses telles qu’elles sont.
Eh bien le pape François a totalement renversé la table, il a haussé le ton contre "le silence complice" et "l'indifférence" devant la "furie djihadiste qui frappe les chrétiens,» il a parlé des barbares, des bourreaux, d’une 3-e guerre mondiale et ce qui est plus étonnant en appelant à une intervention militaire afin de combattre la menace djihadiste. C’est une vrai révolution dans le discours, en opposition totale au dogme de « tendre l’autre joue » dicté dans l’Evangile de Mathieu. Mais finalement, vu les positions et les déclarations verbales du pape dans d’autres circonstances et sur d’autres sujets, ces paroles ne devaient pas m’étonner. Changement de style à cent pour cent au Vatican.
Avec beaucoup de lucidité, Alexis Brezet du Figaro dénonce aussi la couardise dont nous avons fait preuve :  «le devoir est de s'armer. Moralement, d'abord car comment défendre nos valeurs si nous ne sommes pas convaincus de leur prééminente dignité ? Politiquement et juridiquement, ensuite : trop longtemps, au nom d'un humanisme perverti, d'un antiracisme dévoyé, nous avons fait preuve de complaisance envers nos pires ennemis. »


J’ai un seul point de désaccord avec M. Brezet : il affirme que cette guerre doit être gagnée, tandis que personnellement je pense qu’elle est malheureusement déjà perdue et notre civilisation en phase de disparition  inéluctable.





lundi 9 mars 2015

ISLAM DOIT ETRE REFORME ! ISLAM NE POURRA PAS ETRE REFORME.

Bien sur, le titre de ce petit opus est paradoxal, antinomique, mais malheureusement d’un évidence et d’une actualité qui sont réelles.
La première partie est confirmé et soutenus par la prise de position des penseurs du monde entier, mais particulièrement des centaines, sinon de milliers  d’intellectuels, théologiens et personnalités du monde musulman.
Les événements récents, qui sont d’une gravité exceptionnelle,  ont vu l’essor d’une pensée réformiste dans la sphère arabo-musulmane d’une ampleur sans précédant. La liste et longue, impossible de citer tous les noms et les propositions  émises par ces personnalités sinon la lecture deviendra indigeste.
Je me contenterais de souligner d’abord la pensée de l’intellectuel égyptien Saiyed al-Qemny, chantre de la pensée "critique" et qui veut réhabiliter (comme Abou Zeit ou Abdel Razeq avant lui) le courant de pensée hétérodoxe du mutazilisme, fondé sur le primat de la raison critique ; mais il faut savoir que ce mouvement de pensée fut interdit depuis le 10e siècle dans le monde sunnite !
Parmi les plus pertinents néo-mutazilistes de nos jours on peut citer  l’ex ministre tunisien Mohamed Charfi, les Frères franco-algériens Soheib et Ghaleb Bencheikh, l’écrivain de renom Boualem Sansal, le réformiste Abdennour Bitar, Abdellah Tourabi ( directeur de la revue marocaine TelQuel), Kamel Daoud qui ose ainsi affirmer qu’il faut « s’attaquer à la matrice » du fascisme islamiste et bien d’autres.
Mais, et c’est ici que la deuxième partie du titre de l’article surgit, est-il possible de réaliser cette réforme et de la faire accepter par l’Oumma entière ? La réponse est non et ceci pour plusieurs raisons, dont deux majeures.
Premièrement, dans le monde sunnite (qui englobe 90 % du monde musulman) il n’existe aucune hiérarchie théologique, aucune personnalité ou organisation qui peut avoir une autorité sur l’ensemble des fidèles. N’importe qui, possédant une certaine connaissance du Coran, des Hadîth et de la langue arabes peut se décréter imam et même, si doué de beaucoup de charisme, s’intituler « calife », « émir des croyants » ou autre titre prestigieux et agir en conséquence. (nous connaissons bien des exemples). Dans ces conditions, la réalisation d’une réforme de fond de l’islam (tel que fut le concile Vatican II pour les catholiques) devient une gageure.
Un deuxième obstacle de taille, c’est le caractère divin du Coran. Ce livre étant dicté directement par Allah au Prophète, il est impossible d’émettre aucune critique, aucune modification même mineure à son contenu. Et ceci, malgré le contenu souvent contradictoire entre des sourates, particulièrement entre celle d’origine mecquoise et les médinoises.
C’est le contraire pour autres  livres sacrés  (par exemple les Évangiles pour les chrétiens, la Thora pour les juifs, les textes sacrés bouddhistes Theravada) qui ont été écrits par des humains, bien plus tard que leurs inspirateurs « divins » donc facilement critiquables.
Il y a bien sur d’autre raison opposables à cette réforme, mais de moindre importance.
Alors, que faire ?


dimanche 8 mars 2015

LES CHRETIENS EN TERRE D'ISLAM

Je reviens sur ce sujet suite aux dernières interventions dans les pages « Débats » et « Opinions » du quotidien Le Figaro daté du 6 mars 2015.
Plein de choses justes, touchantes et enfin une parole libérée, surtout de la part d’Yvan Rioufol ce qui ne m’étonne guère : il n’a jamais caché sa liberté d’esprit, sa parole claire et courageuse et surtout son aversion pour la dictature du politiquement correct qui regne encore sur une grande partie de la classe politico-médiatique et intellectuelle française.
Si la pétition de Jacques Julliard en faveur des chrétiens d’Orient auquelle  Jean d’Ormesson apporte un soutien marqué par son talent et sa verve me font plaisir, je me permets, modestement,  faire une remarque, une seule ! En préambule, Jean d’Ormesson écrit : « Tout a commencé en Irak où la communauté chrétienne…a été soudain la proie de persécutions violentes » Malheureusement non, non, trois fois non cher M. d’Ormesson ! Ceci n’a pas commencé en Irak, récemment, et pas du tout d’une manière soudaine. Les massacres, prises d’otages,  conversions forcées et autres persécutions sont la suite sans discontinuité des mêmes horribles exactions, commises par le même genre de barbares depuis des siècles ! Je me permets de rappeler uniquement celle commises par les satrapes de l’Empire Ottoman et ceci depuis moins de deux siècles :
Et je cite un seul binôme chiffré : en 1900, il y a à peine 115 ans, 22% des citoyens Turcs étaient considérés comme chrétiens; maintenant ils ne représentent plus que 0,32% de la population.
Non, il est faux de soutenir que la volonté d’éradication des chrétiens d’Orient est récente.
Une deuxième intervention, celle de M. Salah Stétié, écrivain et ancien ambassadeur de Liban avec le titre évocateur : « J’ai honte » m’a touché. Il évoque, avec des paroles bien choisies, avec du cœur et une sincérité émouvante,  son souhait pour que les chrétiens de cette région du monde restent sur place, sur leur place depuis deux millénaires. Et il cite comme argumentaire des sourates du Coran en faveur des chrétiens. Mais M. Statié connait mieux que moi, que les sourates du Coran sont souvent antagonistes ; et que les premières, humanistes, correspondent à la période mecquoise et les autres sourates, violentes et guerrières sont de la période médinoise, postérieure à la première. Donc les sourates mecquoises sont abrogées par les médinoises pour une simple raison, la  chronologie : les dernières supplantent les premières.  Et celles-ci sont nombreuses :
Sourate V, 51   ; Sourate IV, 89 ; Sourate IX, 29 ; Sourate VIII, 39 ; Sourate XXXVII, 4 ; et d’autres.
Je ne me permets pas de les citer in extenso, tellement leur contenu est cruel et violent. Mais n’importe quel citoyen peut les lire facilement, les traductions sont nombreuses et d’un accès facile.
Ce qui explique d’une manière évidente et sans aucune autre interprétation, l’impossibilité de pratiquer en toute liberté le culte chrétien (comme tout autre culte) dans aucun pays dont la religion musulmane est une religion d’Etat basée sur le principe de la charia. Et c’est le cas de la grande majorité des pays musulmans.
Ma conclusion est malheureusement très pessimiste : l’éradication (c’est le mot juste) des chrétiens d’Orient est une œuvre  constante et sans aucune possibilité de marche arrière. Les exactions récentes, dont nous sommes témoins impuissants, exercés par des monstres barbares genre E. I., Boko Haram et autres –filiales d’Al Quaïda- ne sont que la suite logique, implacable de ce qui se passe depuis des siècles.
En plus de l’insupportable silence de nos dirigeants politiques et de la majorité de nos « élites »  (y compris les dirigeants catholiques !) devant le tragique sort des chrétiens en terre d’islam il y a un phénomène encore plus inquiétant. C’est l’importation sur nos sols européens des pratiques liés à la charia dans certaines zones et régions, en remplacement des lois et des règles nationaux.  Ce que je défini comme une politique d’entrisme islamiste au sein de nos sociétés démocratiques. Deviendrons-nous, dans le temps, des dhimmis dans certaines régions de nos propres pays ?


vendredi 27 février 2015

GEORGES MARCHAIS, REVIENS !

Ce matin j’écoutais Radio Classique ; une station riche en musique de qualité, parsemé des interviews  intéressants menées par des vrais professionnels (de plus en plus rare dans le journalisme)  des interventions de bon sens de Luc Ferry, des belles histoires de la grande musique joliment racontées par  Eve Ruggieri, sans oublier les dialogues avec les invités de soir d’Olivier Bellamy. Enfin, un poste que j’aime bien, c’est tout dire.
J’écoute les premières paroles de l’invité de Guillaume Durand et instantanément, sans même entrer dans le contenu de la conversation, je devine que c’est  un communiste qui parle !
Je ne sais pas comment, mais les pontifes de ce groupuscule ont le même timbre, la même façon de s’exprimer avec les mêmes phrases, idiomes et slogans répétitifs. Quelque chose entre la litanie d’un prêtre défroqué et d’un tenancier de maison close qui vous invite sournoisement à une « partie fine » Je suppose qu’ils ont des leçons-type à l’Ecole des Cadres du PC (si elle existe encore) et seulement ceux qui apprennent mieux la façon de parler ont droit à des postes. Vu que maintenant il y a plus de cadres que de militants de base, l’avenir est tout tracé : la benne à ordures pour le recyclage politique. Si ce  n’est déjà trop tard pour le recyclage
Mais revenons au sujet : pari gagné, c’était l’inconnu Secrétaire Général de nom  Jean  Laurent (je ne suis pas sur du prénom, mais c’est sans importance, je ne me fatigue pas de chercher sur Wikipédia). Plus terne, plus nul, plus gris que lui,  difficile de trouver. Vraiment les cocos ont un mal fou à recruter pour arriver à mettre ce pauvre mec à la tête du moribond PC. Ça sent le sapin…
Et voilà que soudainement je suis arrivé à regretter le feu Georges Marchais. Il avait de la gueule, le bonhomme ! Quelle faconde, quelle gouaille, inimitable, il nous faisait rire à gorge déployé. Souvenez vous, quand le sujet de l’interviewer était gênant  (et pour le PC, les sujets gênants sont des légions) il sortait la même phrase : « c’est une bonne question », occasion de changer complètement de  sujet. Et quand le journaliste devenait insistant, la réplique « taisez-vous Elkabbach !» qui est devenue célèbre. Oui, une autre époque.
Mais entre nous (c'est confidentiel) j’ai encore une raison, une raison majeure d’aimer follement George : quand je l’ai connu, dans les débuts des années ’70, le PC obtenais encore 22 % des voix ! En une décade, il a réussi de les réduire à 15 %. Comment de pas l’aimer ?


dimanche 1 février 2015

LE BOBOLAND AMERICAIN CONTRE LA LAÎCITE FRANCAISE

Bien sur, aux USA il y a aussi une gauche bobo ! Chez eux la gauche en général est désignée sous le vocable « libérale ».Attention,  ne pas confondre avec l’acceptation française de ce mot qui est totalement différente ! Chez nous, mot maudit, vitupéré par une grande partie du corpus politique français : l’extrême gauche, l’extrême droite, une grande partie de la gauche.
Mais revenons au sujet ; la gauche américaine, regroupée en général dans les grandes villes cosmopolites et principalement dans la grosse pomme et le célèbre L. A. est très forte dans les médias de grande tirage, le  showbiz et dans certains campus universitaires. Donc dans tout ce qui fabrique l’opinion moutonnière. Et la partie de cette gauche, ce que j’appelle le boboland, vit et agit à l’identique avec nos bobos, mimétisme idéal.
 Amusant, pendant un voyage aux Etats Unis j’ai appris, avec une dose d’étonnement, que les américains appellent leurs bobos…bolchéviques chics !!!
Comprennent-ils ce que veut dire la laïcité  la française ? J’en doute fortement, en analysant des réactions aux derniers attentats islamistes perpétrés en France début janvier 2015.
Si la grande majorité des représentants de la gauche  américaine, en accord avec le reste du pays,  a exprimé la solidarité avec nous, en même temps nous avons eu droit à des critiques bien curieuses.
L’offensive bobo-américaine vient de loin (plutôt de haut). L’éminent Président lui-même, le grand beau Barak Obama refuse de nommer l’islam radical comme l’ennemi  et il entonne le slogan maintes fois entendu : « ca n’a rien avec l’islam »  Et lui, il veut DIALOGUER ! Avec qui, on ne sait pas très bien, lui non plus. Je lui suggère ; avec le Calife Abou Omar al Baghdadi du Daesh pendant une pause des bombardements contre ses positions en Irak et Syrie…Ou avec Aboubakar Shekau, le doux et pacifiste leader du Boko Haram. Enfin, il a un choix très large pour le dialogue. Ceci expliquerait aussi sa préférence de regarder un match de foot à la télé et ne pas se déplacer à Paris le 11 janvier comme d’autres chefs d’Etats ?
Et toute la gogôche américaine, à l’unisson avec lui, réduit le problème avec nos islamistes radicaux à une simple question socio-économique et accusent les autorités française de discrimination ou carrément de racisme. Nous ne sommes pas loin de l’apartheid !
J’ai trouvé des affirmations, pour utiliser un euphémisme, hasardeuses ou plutôt ubuesques ; quelques exemples, non exhaustives :
-        Le grand New York Times, organe de référence des bobos bien branchés, comparait la loi pour l’interdiction du port du voile intégral  dans les lieux publiques avec, tenez bon… la décision des talibans de voiler leurs femmes ! Avez-vous compris ? Moi non.
-        CBS a parlé de « l’arrestation de leader musulman Dieudonné »
-        Dans le  The New Republic, le journaliste James McAuley  donne dans des hallucinations : « La République française, bastion d’une abstraction de la liberté d’expression et de parole, a délibérément exclu les voix musulmanes – et d’autres indigénats – du discours public. Ce silence est allé de pair avec une subjectivité coloniale qui a persisté jusque dans la métropole.»  Bref, quand on fume de la moquette en excès, voilà ce que ça donne. Un peu de tempérance, Mc Auley, trop de shit nuit à la santé !
-        L’ambassadeur de France aux E. U., M. Gérard Araud, a trouvé (je ne sais pas ou) une vrai perle : « La France devrait abandonner sa politique gaulliste raciste » !!! Quand je dis qu’ils tirent trop sur les joints en exerçant le métier de journalistes, je dois avoir raison.
Enfin, heureusement que ce n’est pas ça l’Amérique la majorité des réactions et prises de position ont été plus que positive. Un seul exemple, la une de Daily News, le 4eme tirage national qui a titré : « Vous laisser tomber le monde ! »
                                               




Heureusement aussi que les bobos, comme chez nous, sont minoritaires. Mais ils sont lourds, très lourds, comme les nôtres. Les élections à mi mandat à la Chambre de Représentants ont eu comme un avant goût de tsunami (comme chez nous, au Sénat) et les présidentielles s’approchent chez eux (comme chez nous)  et la bastonnade sera aussi sévère. 

mercredi 21 janvier 2015

UNE HONTE

Une chaîne d’information (itele) élimine un collaborateur pour sa liberté d’expression, UN COMBLE. Un hebdomadaire connu (Le Point) élimine un autre collaborateur  subi le même sort. UN COMBLE aussi.
Et ceci dans une période dans laquelle on tue des gens qui avaient osé se permettre d’exprimer leur opinion que cela plaise ou non.
Le comportement de ces deux médias peut être assimilé à une mise à mort de la liberté journalistique.
Le jour où toute liberté d’expression sera muselée et nombre de collaborateurs non « politiquement corrects »  mis à la porte, nous allons véritablement  connaitre ce que veut dire le manque de liberté.
Mais il sera trop tard ; souvenez-vous des paroles du pasteur Niemöller.  Je ne vous les rappelle pas, vous devrez les connaître et si vous ne les connaissez pas c’est l’ignorance d’une partie des journalistes qui l’explique.

Honte à votre direction couarde et irresponsable, honte à votre syndicat des journalistes digne de la Corée du Nord.

samedi 10 janvier 2015

MASSACRE DE CHARLIE HEBDO. ET APRES ?

C’est émouvant, touchant,  de voir toutes les marques de sympathie, toutes les manifestations, démonstrations et appels en faveur des victimes et leurs proches, toutes les déclarations à l’encontre de l’insupportable atteinte à la liberté d’expression et aux valeurs de notre République ; manifestations présentes  autant en France qu’à l’étranger.
Mais pour quel résultat final ?
Nos services de sécurité sont d’une efficacité redoutable et je leur manifeste mon admiration, ma reconnaissance ; ils ont déjà déjoué de très nombreux essais d’actes terroristes. Mais, le risque zéro n’existe pas et malgré les moyens existants et qui seront encore développés dans un avenir proche, la sécurité de nos concitoyens et de nos institutions sera de plus en plus mise en danger avec des conséquences que nous avons déjà connu, mais en pire.
M. Bernard Squarcini, ancien patron du DCRI (actuellement DGSI) grand spécialiste de la lutte anti terroriste a chiffré les forces en présence : il y a actuellement env. 5000 djihadistes en France capables de reproduire des actes similaire à la tuerie de Charlie Hebdo. Pour la surveillance d’un seul terroriste il faut mobiliser 25 policiers/jour, estime M. Squarcini ! Mais l’épidémie djihadiste est en plein essor ; d’une part, ce sera le retour de combattants en Irak-Syrie, d’autre part il y aura un phénomène de mimétisme, créant l’engouement de nouveaux recrues ; les très nombreux témoignages de joie et d’approbation du récent acte barbare dans les réseaux sociaux en est la preuve. Ce qui me permet d’estimer un prochain doublement du chiffre des djihadistes présents  sur le sol national et prêts à passer à l’action. Imaginez-vous la mise à disposition chaque jour de 250000 policiers et gendarmes uniquement pour les surveiller ?
La guerre, car il s’agit d’une vrai guerre, est déjà déclenchée ; une guerre sans merci de la part des gens prêts à tout, d’une cruauté sanguinaire et désireux de mourir en « martyrs », de devenir les héros de la « CAUSE », admirés, adulés et sanctifiés par des hordes de jeunes des cités remplis de haine pour leur pays de papier, la France. Une guerre asymétrique, car de l’autre coté de la barricade nous trouvons les forces d’ordre qui, bien que supérieures numériquement, matériellement et bénéficiant du soutien de la grande majorité des citoyens, sont paralysées par le respect des lois, règlements et procédures imposés par l’Etat de droit qui est (encore) le nôtre.
Mais cette guerre ne se limite pas à notre pays, elle est mondiale. Des images me hantent la mémoire : ce sont les images atroces des manifestations violentes après la publication des premières caricatures de Mahomet dans le journal danois  Jyllands-Posten en septembre 2005 : des millions de manifestants fanatisés dans la majorité des pays musulmans vociférant, attaquant et détruisant des églises, des commerces et des habitations chrétiennes, des centre culturels occidentaux, des ambassades. Relayés, souvent encouragés, par des responsables politiques et religieux de haut rang dans l’ensemble des pays musulmans.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Caricatures_de_Mahomet_du_journal_Jyllands-Posten#R.C3.A9actions_officielles

Tant qu’un arsenal juridique courageux et à la dimension du danger ne soit pas mis en place avec des lois d’exception anti-terroristes communes pour l’ensemble des pays de l’U. E., nous continuerons d’être témoins, sinon victimes de la répétition des actes similaires au massacre de Charlie Hebdo. Et aucune manifestation, défilée avec des bougies et pancartes genre «  nous sommes tous Charlie » ne les empêchera de se reproduire de plus en plus fréquemment.
Le pire scénario, si une volonté politique au plus haut niveau ne s’imposera pas au laisser-aller, au laxisme coupable de ces 30 dernières années : que cette guerre soit perdue pour la  démocratie, la République et au-delà pour le monde libre.

Sorel
PS J’avoue mes erreurs ! Après avoir appris les « événements » recensés pendant la minute de silence dans des établissements scolaires des banlieues :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/09/01016-20150109ARTFIG00338-ces-minutes-de-silence-qui-ont-derape-dans-les-ecoles.php,
Je corrige mon estimation excessivement optimiste : pas 10000 apprentis-djihadistes dans un avenir très proche mais plusieurs dizaines de milliers prêts à donner leur vie pour leur prophète (et accessoirement bénéficier des délicieux moments en compagnie de 72 vierges.)