jeudi 22 décembre 2016

ATTENTAT DE BERLIN. QUELS ENSEIGNEMENTS ?

La question comprend implicitement la réponse ; c’est le même, absolument le même type d’attentat terroriste qui s’est abattu depuis le début de ce siècle sur l’ensemble du monde mais particulièrement sur les pays du monde libre et démocratique.
J’ai été étonné par le discours de la chancelière Angela Merkel ; je passe sur le délai incroyablement long avant de qualifier l’origine terroriste de l’attentat, mais sa déclaration me laisse perplexe : elle affirme  qu’il est difficile d’imaginer que des migrants, des demandeurs d’asile, puissent perpétrer ce genre d’action.
Or, si la réaction à des actes d’une cruauté et d’une barbarie similaire sont suivi de ce genre de déclarations lénifiantes, se limitant à la dépose de fleurs et des bougies, d’appels à l’unité, à la fraternité et à la tolérance, ceci est d’une nature plus qu’inquiétante.
Depuis quelques mois, je discute en France ou à l’étranger, avec des personnes d’origine musulmane ; la plupart d’entre eux pensent à un possible effondrement de l’Europe, certains avec une  satisfaction non dissimulée, d’autres, épris par la défense de nos valeurs, avec  inquiétude.
Parmi ces derniers, je donne comme exemple Mme Lydia Girous, femme courageuse et connaissant bien la question (elle n’est pas la seule, heureusement)  qui a écrit un article  dans lequel elle nous avertit que nous sommes sur la dernière ligne droite, où l’existence d’une France indépendante, unie sur la base de ses valeurs fondamentales et de ses traditions est encore possible. Pour elle comme pour moi et bien d’autres, dans les circonstances actuelles et avec le panel d' hommes politiques existants dans notre pays, cette chance ne peut être assurée que par M. François Fillon. Un homme déterminé, solide, avec l’expérience nécessaire, avec un programme complet et courageux, un homme entouré des gens de valeur. Son livre "Vaincre le totalitarisme islamique" défini bien le défi qui nous attend ; il a eu le courage et l’honnêteté de mettre les points sur les « i » en désignant l’ennemi principal l’islam radical et/ou politique. Honnête car il reconnait que lui-même comme beaucoup d’autres personnalités politiques et intellectuelles a utilisé  dans le passé des euphémismes parlant des « communautarismes » à la place de désigner seul  l’islamisme comme danger pour la République
video

J’ai la conviction qu’il est un homme à l’hauteur pour prendre aussi toutes les mesures nécessaires afin de lutter efficacement contre l’hydre islamiste qui gangrène les territoires perdus de la République et qui essaie de créer le chaos et la terreur dans le pays. La panique de certains imams liés à la Confrérie des Frères Musulmans (dont la façade française s’appelle UOIF) montre que M. Fillon frappe juste. Voir l’appel désespéré de l’imam Noureddine Aoussat qui appelle à faire barrage à François Fillon nous donne une image édifiante : « J’appelle tous mes frères, tous mes concitoyens [à] aller voter […]. Votez contre Fillon ! ».


Si un sursaut énergique de la part de tous les responsables politiques européens mais aussi de tous les pays démocratiques ne se manifeste pas dans les plus brefs délais, je craigne que le délitement actuel menant à la disparition de notre civilisation ne soit inéluctable. Et les barbares auraient gagné !

Madame Merkel, réveillez-vous !

Qui est Louis Farakhan

Dans le Figaro Magazine du 16 décembre 2016, un reportage signé par M. Vegas Tenold et Vincent Jolly sur le Klu Klux Klan présentaient des informations globalement intéressantes et certaines inconnues par le grand public, sur l’histoire et le présent de cette organisation suprématiste  des Etats Unis. Aujourd’hui, heureusement réduite à quelques milliers de membres, elle prône  l’idéologie de white power.
Mais dans un passage, les auteurs parlent de Louis Farrakhan le définissant comme un « activiste pour les droits civiques… » Et à la lecture de se passage, les bras m’en tombent.
Les auteurs ne connaissent probablement pas du tout qui est Farrakhan, l’antithèse totale du pasteur Martin Luther King, sinon je ne peux pas m’expliquer comment auraient-ils pu le présenter d’une manière positive.
Je me permettrais de faire sommairement le portrait d’un individu   ultra nationaliste,  sexiste, homophobe, farouchement  antisémite et d’un violent racisme anti blanc. Il a souvent été appelé l’Hitler Noir, surnom dont il est apparemment très fier.
Louis Farrakhan, de son vrai nom  Louis Eugene Walcott,  est d’origine antillaise de religion chrétienne. A l’âge de 22 ans il se convertit et devient membre de l’organisation  « Nation of Islam » communément appelée « Black Muslims » dirigé par Eljiah Muhammad et dont le célèbre Malcolm X est  le lieutenant. Quand en 1964 Malcolm X quitte l’organisation, Louis Farrakhan organise une campagne haineuse contre lui, amenant à son assassinat. La propre femme de Farrakhan l’accuse de complicité à l’assassinat.
A la mort d’Eljiah Muhammad, Farrakhan fait la main basse sur la « Nation of Islam » dont il est le leader aujourd’hui.
En 1996, dans une période quand Kadhafi était l’objet des sanctions de l’ONU en raison de son implication dans des attentats et son soutien à des organisations terroristes, Farrakhan va à Tripoli où il reçoit le « Prix Khadafi des droits de l’homme » (sic) avec un chèque de $ 250000 ; depuis il a été longtemps soutenu financièrement par la Lybie.
Une semaine après l’élection de Donald Trump (qu’il a soutenu au début pendant la campagne) il fait un discours anti Trump devant le « State of the Black World Conference » à New Jersey, où il incite à  l’apartheid entre noirs et blancs : une séparation complète.
Plus récemment, devant une église baptiste à Miami, il prononce un discours enflammé avec des citations du Coran, incitant les fidèles de prendre les armes pour tuer des blancs et vaincre « l’oppresseur blanc » Cette prêche (qui est visible sur sa page Facebook), a été condamné par les dirigeants noirs conservateurs. Ils ont déclaré que les déclarations de Farrakhan vont au-delà des limites de la liberté d'expression dans le domaine de l'incitation criminelle.
Avec ces quelques éléments sur la personnalité de Farrakhan, les auteurs de Figaro Magazine  croient-ils  toujours qu’il soit un simple défenseur des droits civiques ?


jeudi 1 décembre 2016

FRANCOIS BAYROU : MELANGE DE SAVONAROLE ET DE DONALD TRUMP

Regardant l’interview de M. Bayrou du 30 octobre sur France 2, j’ai eu un sentiment de profond malaise, la même malaise que j’ai ressenti, il y a plusieurs années, après une longue conversation avec un ami atteint de schizophrénie.
En effet, je pense sincèrement que François Bayrou relève d’un cas psychiatrique et je ne suis pas le seul à avoir pensé. Je me rappelle les propos d’un de ces anciens lieutenants qui m’expliquait que Bayrou  prend toutes les décisions (même les plus importantes) tout seul, n’écoutant aucun conseil.  Et ceci parce qu’il se sent investi d’une mission divine se considérant un mélange entre Jeanne d’Arc et Charles de Gaulle. Le SAUVEUR en quelque sorte. Par ailleurs sa propension de se prendre pour L’UNIQUE de Gaulle actuel, il l’a énoncé lui-même, quand un autre de ces proches, Jean Marie Cavada l’a prévenu qu’il quitte aussi le MODEM.
C’est pour cette raison que pratiquement toutes les personnalités de son parti l’ont abandonné, à l’exception de Mme de Sarnez. Même M. Jean Lassalle, le fidèle entre fidèles n’a pas résisté, en partant avec armes et bagages.
A titre personnel, je pense  que F. B. incarne simultanément Savonarole, (le moine fou et dangereux du XV-e siècle qui menaçait tous les responsables  et les citoyens « hérétiques » de Florence  d’être condamnés aux feux de l’Enfer) et  Donald Trump dont il utilise la phraséologie démagogue-populiste.



Regardez les photos de ces trois personnages, imprécateurs, menaçants, annonçant l’apocalypse. Ne se ressemblent –ils pas ?  En plus, Donald Trump parait indiquer avec sa main gauche, l’arrivé d’un nouveau Messie, sauveur suprême de son pays et peut être de l’univers, qui sait ?  Vu l’importance dont il s’affuble lui-même…
Une différence de taille : Donald Trump préconisait bruyamment plein de mesures populistes et farfelues, sans avoir la moindre intention de les mettre en pratique (nous avons  déjà plein d’exemples) tandis que Savonarole préparait déjà les bûchers avant d’expier lui-même.
Quittant l’humour, je pense que j’avais raison déjà en 2007, entre les tours des élections présidentielles, en écrivant sur son propre blog de campagne (ce qui m’a attiré un flot d’injures très…centristes) : « M. Bayrou, vous êtes un mauvais perdant et vous deviendrez un perdant tout court » Apparemment, je n’étais pas le seul à avoir cette pensée :


Nous avions raison, et de dégringolade en dégringolade il finira en ermite de la politique dans sa bergerie du Béarn.


mardi 29 novembre 2016

FRANCEINFO MENT, FRANCEINFO EST SOVIETIQUE

Et on peut faire une similitude avec la fameuse phrase de Pierre Dac prononcée pendant l’occupation, avec sa voix inimitable « radio Paris ment, radio Paris est allemand », en accusant  la radiodiffusion française aux bottes de l’occupant faire de la propagande.
Une propagande similaire, de tendance crypto marxiste continue d’exercer un terrorisme intellectuel sur la majorité de médias français. Quoique bien caché sous un cache sexe de couleur rose elle envoie subrepticement la même propagande mettant au pilori tout ce qu’ils considèrent comme ennemis : en traduction,  « ceux qui ne sont pour nous sont contre nous ! » Quand j’écris « mettre au pilori » je pense immédiatement à la publication « AU PILORI » de triste mémoire.
Des exemples à la pelle, mais je me limiterai à un seul.
Valérie Boyer, soutien de François Fillon est apparue dimanche soir à la télévision portant, ô crime funeste, un pendentif avec une croix. Haro sur elle, crime de non laïcardisme, signe ostentatoire, le cléricalisme catho ultra guerrier est au  portes du pouvoir. Et pourquoi pas l’inquisition qui renaît en France avec la construction des bûchers en nombre pour recevoir une grande quantité d’hérétiques.
FranceInfo a ouvert la guerre, avec la vidéo "choc" et la phrase assassine "Un signe religieux qui a heurté de nombreux internautes"
Par la suite, croyez moi, la propagande a eu l’effet escompté : des réactions en masse.
Les premiers à tirer sur le tas, sont les journalistes de « 20 Minutes »

http://www.20minutes.fr/politique/1970011-20161128-primaire-droite-croix-valerie-boyer-porte-parole-fillon-fait-polemique-retire

Bien qu’ils se soient sentis obligés de reconnaître que « le pendentif affiché par cette proche de François Fillon ne constitue pas un signe religieux ostensible au regard de la loi » ils ont publiés abondamment des réactions d’une meute de citoyens bien ciblés pour étayer la condamnation. Et à la fin de la publication, pour que les lecteurs comprennent bien le MESSAGE , les « mot clés » étaient en clair :   « Primaire à droiteFrançois FillonreligionchrétienLaïcité » Je traduit : la droite avec Fillon c’est la religion chrétienne contre la laïcité !!
Un deuxième tir, provenant de « Slate ».

http://www.slate.fr/story/129782/valerie-boyer-cette-croix

Pour ceux qui ne connaissent pas l’orientation de ce site, il est englobé dans le magazine « OBS » (anciennement Nouvel Obs) l’organe dont un des propriétaires est le  célèbre milliardaire de gauche Pierre Berger. Grand « humaniste et féministe » qui a osé affirmer que l’achat du ventre d’une femme pour se faire engrosser par des gens  en manque d’enfants est la même chose que de payer un ouvrier pour son travail. Fin de parenthèse.
Sous le titre « Quel est le sens de l'étrange croix arborée à l'écran par Valérie Boyer? » ils  attaquent : « La croix ostensiblement portée par la porte-parole de François Fillon… très politique en vérité, a en tout cas fait réagir ce dimanche soir »
Et ils donnent la parole à qui ? Tenez vous bien : « Proche du directeur du Collectif contre l'islamophobie en France, Marwan Muhammad, Islam & Info y voit le signe du double discours de François Fillon prêt à en découdre avec la visibilité musulmane (autrement dit le port du voile) mais pas avec la visibilité chrétienne».  Je décripte : musulmans, Fillon est votre ennemi, votez pour nous, à gauche ! CQFD
La maison mère - l’OBS - enfonce encore plus le clou ; sous une photo  choisie  avec soin, figure Valérie Boyer à coté de François Fillon, sous le titre racoleur : « Filloniste, chrétienne, anti-mariage pour tous... La députée des Bouches-du-Rhône est encore peu connue du grand public. »



Et il n'y avait pas de quoi fouetter un chat l'Observatoire de la laïcité, interrogé par LCI, il ne s'agit pas d'un "signe religieux ostensible" contrevenant aux règles de la laïcité. 
Mais, après le déversement de paroles de haine des médias et de certains internautes bien marqués politiquement, la pauvre fille a été obligée d’enlever le bijoux de son cou…
Voilà ce que veut dire l’effet d’une correcte application stratégique de la Propaganda Staffeln de Joseph Goebels et l’Agit Prop de l’autre Joseph, Staline !  Les deux, très redoutables.


lundi 28 novembre 2016

François Fillon, champion de la droite

M. Fillon a renouvelé brillamment la surprise du premier tour des primaires de la droite et du centre, avec une victoire éclatante et un score inespéré par son ampleur. Mais ne crions pas victoire trop vite ; bien que dans le contexte politique actuel il est virtuellement le futur Président de la République, le chemin est long, laborieux et semé d’embuches. Mais n’étouffons pas non plus notre immense joie qui nous submerge devant cette grande victoire en dépit de la vague d’attaques aussi absurdes que vénéneuses, caricaturales et même obscènes.
Quelques courtes analyses des résultats.
D’abord la solidité du programme Fillon (peu connu par le grand public avant le premier tour) l’encrage dans des valeurs immuables, combiné avec la solidité de l’homme et sa stature vraiment présidentiable. Et ceci en contradiction totale par rapport à ce que représente le Président actuel et son déplorable bilan.
Le score incroyablement faible d’Alain Juppé trouve aussi ses explications. Alain Juppé, bercé par les sondages qui le donnait ultra favori depuis plus d’un an et avec un seul challenger, Nicolas Sarkozy, s’est fourvoyé complètement. D’abord, il a continué s’enfoncer dans son introuvable « identité heureuse », il a négligé totalement le programme et la personnalité de François Fillon et s’est laissé enfoncer dans un chiraquisme lénifiant. Devant le retournement du premier tour, il a perdu son sang froid, en déclenchant pendant trois jours un flot virulent de basses attaques personnelles à l’adresse de son concurrent. Ceci a crée une réaction de net rejet dans l’électorat de droite meurtri par les « guerres » assassines dont certains dirigeants de droite se sont spécialisés dans le passé. Stratégie suicidaire, qui lui a fait perdre une bonne partie de ses propres électeurs du premier tour. L’apport palpable d’électeurs de gauche, incités par les idéologues de cette planète boboïde (via les réseaux sociaux) de voter Juppé se sont avérés insuffisants.

Et maintenant, il ne reste que souhaiter une totale réussite dans les actions préparatoires pour les vrais élections de 2017 avec une mobilisation forte de tous les gens de bonne foi et qui souhaitent un bel avenir du pays pour le bien du peuple français. Nous répondrons présent ! 

samedi 26 novembre 2016

LETTRE A UN AMI DE GAUCHE DESEMPARE

Mon très cher ami
En raison de l’amitié sincère que je te porte, j’ai le devoir d’essayer te dessiller les yeux, s’il est possible…
Oui, Patrick,  tu as tort, tu as faux sur toute la ligne.
1 Pour l’âge de départ à la retraite
Tous, tous les pays qui ont un stade de développement similaire au notre, ont établi l’âge légal à minimum 65 ans, certains même à 66-67 ans (Allemagne, Irlande, Italie). Ils sont tous des ultra libéraux, des ennemis de la classe laborieuse, des réacs attardés ? Non, en Allemagne c’est le gouvernement de gauche de Gerhardt Schröder qui a fait les réformes Hartz pour obtenir ce changement.

http://www.cleiss.fr/docs/ages_retraite.html

L’explication est très simple : l’espérance de vie a augmenté d’une façon spectaculaire et les gens se trouvent dans une santé et forme bien supérieure, dont les progrès dans les conditions de travail sont une raison aussi. La France croit se permettre de faire cavalier seul dans un monde qui bouge ?
C’est la politique de l’autruche, avec les conséquences connus : chômage endémique, paupérisation croissante, monté des populismes. Mais rappelles-toi qu’en France, jusqu’en 1982 l’âge de départ étais aussi à 65 ans ! Il a fallu l’arrivé au pouvoir d’un Président d’extrême droite, homme de la francisque ripoliné en socialiste qui, comme tous les nouveaux convertis, souhaitait se faire plus catholique que le pape, plus précisément plus marxiste que le Karl.
Quant à ton argument qu’il n’y a pas de travail, l’explication résulte des politiques catastrophiques des gouvernements de gauche que la droite n’a jamais eu le courage de démonter :
-          D’une part, embauches outrancières de fonctionnaires dans des administrations pléthoriques (voir le mille feuille administratif – ministères, régions, départements, 65000 communes, des communautés de communes, communautés urbaines, districts et métropoles, sans compter des centaines de comités Théodule) dont le coût est assuré par des impôts, toujours plus d’impôts, grevant la compétitivité des entreprises, d’où la délocalisation des emplois.
-          D’autre part, un code de travail d’une obésité faramineuse qui paralyse l’activité créatrice d’emplois, décourage les entrepreneurs et fait partir à l’étrangers les jeunes avec un solide bagage qui peuvent mieux fructifier leur compétences dans la Silicone Valley ou ailleurs.
-          En plus, la présence de sectes qui osent usurper le noble nom de syndicats et qui défendent uniquement leurs militants souvent en contradiction avec les intérêts des salariés. On voit la réaction de ces derniers qui ont désertés les rangs de ces soi-disant syndicats : en France on a un taux de syndicalisation ridicule : inférieur à 8 % et moins de 4 % dans le privé !
-          Enfin, des taux d’imposition confiscatoires qui font fuir les familles aisés, préférant donc consommer et faire vivre les économies de Belgique, Suisse ou Luxembourg et pas la France ? Sais-tu que la France est la seule, l’unique pays de tous les 28 de l’U. E. qui pratique l’ISF ?
2 Durée de travail
Dans ce domaine on peut s’enorgueillir d’une « exception française » dont personne ne veut ailleurs.
« De toute l'Europe, ce sont les Français qui travaillent le moins. Selon les tout derniers chiffres relevés par Eurostat et rapportés par l'organisme Coe-Rexecode, les salariés à temps complet de l'Hexagone ont travaillé 1646 heures en 2015. Soit 14 heures de moins qu'en 2013 (année des derniers chiffres disponibles jusqu'alors). Et 199 heures de moins qu'en Allemagne, 130 heures de moins qu'en Italie, ou 228 heures de moins qu'au Royaume-Uni. »
La loi de 35 heures de Mme Aubry a été une catastrophe majeure, pas uniquement par une détérioration forte et rapide de la compétitivité des entreprises et la désorganisation des services publics (voir le personnel hospitalier) mais aussi par la démotivation d’une catégorie de salariés, les cadres. Au début, les entreprises dont les cadres essayent de travail plus (sans être payé) se voyaient traquer par des contrôleurs de l’inspection de travail excités, prêts à découdre avec les « exploiteurs ». J’ai vécu moi-même cette expérience en tant que cadre salarié, avec des dingomans qui venaient sur le parking de l’entreprise pour espionner des voitures encore présentes en dehors des heures de travail affichées. Ce qui m’a déterminé de prendre ma retraite dans l’année qui a suit, totalement dégoûté de cette pratique à la soviétique qui me rappelait des souvenirs désagréables.

CONCLUSION

Apparemment,  la France est restée le seul pays encore dominée par la doxa marxiste de toute l’Europe et du reste du monde libre. Même la Chine ne pratique pas ce dogme dans l’économie. Et cette idéologie qui a fait faillite partout dans le monde, sur tous les continents (voir récemment le désastre de Venezuela chaviste)  résulte d’une gauche qui n’a pas fait son Bad Godesberg, d’où sa déconfiture actuelle dont elle ne se révélera avant un décennie. Si l’absence de la gauche au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002 fut un accident surprenant, son absence en 2017 est presque une certitude.
Pour connaître mon analyse à ce sujet, voir :

http://zissus.blogspot.fr/2016/11/la-gauche-francaise-en-decomposition-es.html

  

mardi 22 novembre 2016

L’ODIEUSE MANIPULATION

Je dénonce, j’accuse de malhonnêteté criminelle le fait de tromper volontairement la population, (en occurrence les électeurs) par des manipulations obscènes. Et c’est bien la caractéristique constante d’une majorité de journalistes, de ce qu’on appelle la classe médiatique, au  service d’une idéologie inculqué aux principales écoles de journalisme. Les exemples sont trop nombreux, mais je me résume à une dernière qui est l’objet de ma révolte.
Une fois que le résultat de la primaire de droite et de centre fut connue, avec l’excellent positionnement de François Fillon, une grande partie de journalistes, la meute médiatique (et aussi des  personnalités  de gauche) ont commencé à le bombarder avec tous les munitions à leur portée. Et je les comprends, parce que l’élu de cette primaire est virtuellement le futur Président de la République, vu l’état de décomposition politique et morale de la gauche française qui lui ôte toute possibilité se figurer au deuxième tour de l’élection présidentielle.
Mais, entre une critique normale, sincère et honnête et les noms dégradants dont ces MM.- Dames l’affublent il y a un gouffre. Que nous n’avons pas entendu : droite radicale, thatchérisme, destructeur des services publics, et l’accusation classique : ultralibéral.
L’exemple qui tourne en boucle pour le livrer  en pâture c’est l’exploitation de sa proposition de réduire le nombre de fonctionnaires de 500000 pendant les 5 ans. Tous ces  accusateurs  de foire  ont commencé se lamenter sur les « sacrifices » d’infirmières, de policiers (un comble pour ceux qui en même temps tirent aux boulets rouge sur les forces de l’ordre) , de services de proximités et j’en passe.
Or, et c’est içi qu’on voit la manipulation imbécile mais pernicieuse ; il ne s’agit nullement de réduire des fonctionnaires dans les services utiles à la population, même au contraire, certaines catégories de fonctionnaires sont insuffisants. Mais dans l’énorme mile feuille administratifs qui se chevauchent, avec du personnels à ne savoir quoi faire c’est un énorme gisement de postes à réduire par le non remplacement des départs à la retraite : les Ministères (en nombre et en nombre d’agents) les Régions qui ont actuellement trop de doublons et des triplons, les communes, les communautés urbaines et les communautés de communes, sans compter le trop grand nombre de Comités Théodule dont l’objet est souvent  obsolète.

Voilà comment on manipule l’opinion publique par des raccourcis et des tours de passe-passe qui déshonorent la profession de journaliste et/ou commentateur politique déjà fortement discrédité.

lundi 21 novembre 2016

Elections à la primaire de droite ; premier round, premières leçons.

La spectaculaire victoire de François Fillon, spectaculaire par les chiffres et aussi par la dynamique de ces dernières deux semaines est une première dans les annales des élections française.
Son incontestable victoire est légitime.
D’abord son programme fut dès les débuts le plus structuré et  courageux (il fut source d’inspiration pour d’autres concurrents).  
Ensuite, il s’est présenté devant les électeurs avec une constance et une ténacité remarquables, doublés d’une légitime stature de leader national.
Le discours de Nicolas Sarkozy, bien avant les résultats définitifs fut imprégné d’une prestance et d’une élégance notables et sa décision de soutenir François Fillon (en dépit de leur relation assez tenues) marque une élégance et un indéfectible souci de l’intérêt général, celui de la nation et du peuple. Par ailleurs, les deux programmes n’avaient pas de grandes différences de fond.
Alain Juppé a payé son positionnement  trop centristo- compatible, un centrisme mou  incarné par le pitoyable dirigeant de l’UDI - Jean-François Lagarde – tout en restant l’otage d’un  François Bayrou qui ne sais jamais où il est et que veut-il. En parenthèse, la faillite de l’ancien UDF est patente, avec ces deux pygmées de la pensée politique qui prétendent l’incarner.
Mais plus important encore, Alain Juppé paye sa proximité douteuse avec l’imam Tarek Oubrou, membre éminent de la Confrérie des Frères Musulmans dont l’idéologie, œuvrant activement à l’islamisation du pays, est en totale contradiction avec les valeurs de la République.
Son discours en fin de soirée fut plus que décevant ; sans tirer aucune leçon par rapport aux votes exprimés, (tel que les autres compétiteurs) il s’est lancé directement dans la campagne d’entre deux tours, se présentant comme le meilleurs par l’énonce de ses mesures type inventaire à la Prévert. On avait l’impression de réécouter la célèbre litanie « Moi, Président… » de M. Hollande.
Enfin, le comportement de la sphère médiatique, connaissant le positionnement d’une majorité des journalistes. Conscients et résignés à l’absence de la gauche au deuxième tour des élections présidentielles, ils ont commencés un impitoyable tir contre François Fillon : maintes accusations, répétées à satiété,  quant à son « ultralibéralisme » (quand on connait l’interprétation péjorative du mot libéralisme en France) à son « thatchérisme » libellés destinés à le discréditer.  
Conclusion personnelle : il faudrait une forte mobilisation des électeurs de droite pour le deuxième tour, car si le 15 à 20 % de votes émanant de la gauche (et même l’extrême gauche) ont conduit à l’élimination de Nicolas Sarkozy, les mêmes seront présents au deuxième tour pour contrecarrer François Fillon.




dimanche 13 novembre 2016

POPULISME : LE FLEAU

Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats Unis, tout ce qui compte de belles âmes se lamentent à longueur de journée face à ce « cataclysme » qui menacerait l’humanité entière : LE POPULISME.
 Heureusement que le ridicule ne tue pas, sinon  nos cimetières seraient surpeuplés. Car les mêmes participants à ce concert de pleureuses ne se rendent pas compte qu’ils sont coresponsables (et pas des moindres) devant l’irruption et le développement des mouvements populistes chez nous et partout dans notre vieille et vénérable Europe.
Finalement quelle est la matrice du populisme, la cause principale de son apparition et son expansion ? C’est le fait que les mouvements populistes apportent des réponses aux aspirations légitimes des peuples, aspirations négligées, incomprises et même méprisées par les élites politiques, intellectuelles et économiques ; élites complètement coupées du peuple, d’où un désamour total. Je ne nie pas, il est évident que les réponses peuvent être positives, utiles et bénéfiques aussi bien que démagogiques  et même destructrices ; les résultats peuvent être constatés uniquement à l’œuvre.
Je passe sur la confusion absurde  de beaucoup de commentateurs d’une ignorance crasse (principalement des journalistes ou  intellectuels autoproclamés)   assimilant le populisme à l’extrême droite. D’une part  il y a des profondes différences de fond, idéologiques,  entre les deux définitions et d’autre part il y a des populismes de gauche radicale, dont l’exemple récent du chavisme qui a provoqué la faillite totale de  Venezuela est l’illustration aveuglante.
Comment es-ce possible que ces personnalités et organisations qui crient au loup ne voient pas l’état de révolte des peuples qui trouvent leur seule manière de s’exprimer dans les urnes ? Car les raison de cette révolte silencieuse sont évidentes :
-          Le déclassement matériel des pans entiers de la population, la perte des repères devant des mutations mondiales dont ils sont les victimes, la perte de tout attachement aux valeurs de peuple, nation, famille, terroir que des élites coupées de la réalité ont imposé aux citoyens.
-          La transformation de nombreuses zones du territoire national en ghettos sous la coupe de mafias et/ou islamistes radicaux (le plus souvent les deux)  qui les ont obligé de s’exiler ou, pour ceux qui n’ont pas les moyens de le faire,  de se soumettre à la volonté des nouveaux caïds.
-          De voir que dans le cadre d’un « droit d’homisme » mal appliqué, des quantités d’immigrants clandestins, ayant perdu lu droit de rester sur le notre sol, sont tolérés et pris en charge par la communauté nationale, malgré la situation économique catastrophique du pays.
-          D’être les victimes des oukazes provenant d’un ramassis de bureaucrates  nationaux ou européens (la célèbre Commission européenne) qui les matraquent avec des règles, décrets et circulaires  absurdes et inutiles ou même nuisibles à la vie des citoyens.
-          De subir, par la l’absence d’un pouvoir fort et capable de les défendre, des insultes, vols, agressions et même des assassinats de la part des malfrats de toute sorte.
-          Enfin de subir le diktat d’un politiquement correct  importé des campus américains et qui s’est développé chez nous jusqu’à la limite du tolérable, qui imposent de atteintes à la liberté d’expression sous peine de poursuites judiciaires, même en absence d’un délit constitué.

Tous les signaux d’alarme ont été déclenchés par une petite minorité de personnalités : des écrivains, philosophes, une infime poignée de journalistes et des rares hommes politiques qui ont soulevés courageusement tous ces maux qui rongent la nation et le peuple. Mais à défaut de les entendre, la réaction de nos dirigeants actuels et des « penseurs » qui les conseillent fut de les stigmatiser, les mettre au pilori et les traiter de réactionnaires-ennemis du progrès. Ce « progrès » que maintenant leur saute  à la figure électoralement ; mais sont-ils capables de guérir leur cécité  et leur inconscience ? That is the question…

mardi 8 novembre 2016

La gauche française en décomposition. Es-ce la fin ?

De prime abord, analysons la situation de la gauche française (la gauche modéré, pas l’extrême gauche) depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.
Un constat primordial, l’irruption (pour des raisons plutôt géopolitiques), d’un Parti Communiste Français quasi hégémonique, un des partis communistes les plus rétrogrades et sclérosés par rapport à ses semblables européens et  totalement  soumis à Moscou par l’intermédiaire du réseau tutélaire, Kominform. La suprématie idéologique de ce parti fut tellement écrasante, son réseaux sous contrôle comprenant des syndicats (la CGT) des associations et « mouvement de masse »  tellement nombreuses et puissantes, que les branches politiques de la gauche modérée (en principal la SFIO) ne pouvaient pas y échapper. Sans compter une adhésion massive de la grande majorité des intellectuels : une partie par idéal, une autre partie par calcul carriériste et enfin une dernière partie qui s’efforçait de  faire oublier une certaine complicité avec Vichy et la collaboration.
Dans ce contexte, la gauche, les socialistes en position de faiblesse se sont fait inoculer  l’idéologie marxiste-léniniste à forte dose. Et cette idéologie a persisté et persiste toujours, malgré le déclin continu et inexorable d’un PCF dont les cadres se sont éparpillés partout, soit vers le socialisme, soit vers un activisme anticommuniste et même vers l’extrême droite et l’islamisme..
Conclusion, le socialisme français n’a jamais fait son Bad Godesberg, contrairement aux autres partis de gauche européens. Pour ceux qui ne connaissent pas l’expression « faire son Bad Godesberg », il s’agit  de la localité allemande où il a eu en 1959 le congrès du Parti Social-démocrate Allemand (SPD) qui a marqué la rupture nette et définitive avec le marxisme. Mue qui lui a réussi, devenant un des deux plus grands partis de gouvernement allemand, la même mue qui a réussi à la gauche anglaise avec le New Labour de Tony Blair. En parenthèse, le rétropédalage du parti Travailliste Anglais avec la récente prise du pouvoir par le déjanté James Corbin qui a dérivé vers un marxisme tiers-mondiste, lui confère des échecs électoraux successives et donne une garantie  de maintien dans un purgatoire pour une grande période.
Mais cette parenthèse me permet d’expliquer la faiblesse continuelle du socialisme français, les mêmes causes produisant les mêmes effets : la doctrine marxiste égale un échec garanti.
Il a fallu l’émergence d’un grand politicien d’extrême droite pour ressusciter le Parti Socialiste et le faire arriver au pouvoir pour une période relativement courte. François Mitterrand, le pétainiste ripoliné en socialiste, homme d’une intelligence supérieure et d’un machiavélisme inégalé a réussi de faire la main basse sur un SFIO en déliquescence et le refaçonner à sa manière. Mais la période d’or, l’apogée d’un P. S. fort et dominant le paysage politique français fut assez courte. Mitterrand lui-même, d’une part conscient de la faiblesse structurelle de cette formation et surtout désirant de montrer que sans lui,  l’remplaçable souverain, le PS ne pourra pas survivre, a organisé volontairement  la déchéance du parti. Comment ? En s’entourant d’une cour de fidèles ternes, sans envergure, arrivistes aux petits pieds et surtout animés de haines et détestations réciproques. Et en tuant politiquement les personnalités qui aurait pu faire la transition vers une social-démocratie moderne et efficace ; je pense particulièrement à Michel Rocard.

Et nous voilà à cette fin pitoyable, d’un parti sans leader mais avec une multitude de factions, coteries, sectes avec leurs gourous, tous en guerre les uns contre les autres. Et le pompon, un (encore) Président d’une incroyable nullité, réussissant de créer la plus grande coalition de frondeurs contre lui.

La descente aux enfers de la gauche française lui offre de longues années de faiblesse, sans aucun horizon, n’arrivant se défaire des oripeaux d’un marxisme obsolète qui a échoué partout dans le monde. La messe est dite…  

lundi 7 novembre 2016

Alain Juppe proche des Frères Musulmans

 Je connaissais les relations étroites  entre Alain Juppé et l'imam de Bordeaux , Tarek Obrou, auquel il a accordé la Légion d'Honneur (voir l'image prise à l'occasion de cette cérémonie)
Par contre, la personnalité de cet imam m'était inconnu et je pensais que si M. Juppé l'a adoubé, il ne peut qu'être un défenseur des idées républicaines et adepte d'un islam de France (et pas islam en France) 
Je découvre avec stupéfaction le témoignage  accablant d’Omar Djellil qui a été recruté et formaté par Tarek  Obrou. La vidéo ci-dessous (qui est malheureusement un peu trop longue, mais il est possible de lire des passages) décrit  son parcours aux côtés de Tareq Oubrou, personnage adhérent totalement à l’idéologie pernicieuse des Frères Musulmans et qui prêche la haine antisémite et christianophobe, le djihad et la violence armée auprès de la jeunesse française depuis plus de trente ans

https://youtu.be/wRbw95A0gKE

Je découvre aussi une autre prise de position, celle d’un militant Les Républicains et ex-membre de l’équipe de campagne
d’Alain Juppé. Il s’agit de M. Amine Elbahi  qui détaille dans son blog les raisons  pour lesquelles il a déserte cette équipe. Je le cite : « Nous ne pouvons plus affirmer d’un côté combattre le salafisme et de l’autre travailler à leurs côtés, notamment l’UOIF, présidée par Amar Lasfar et dont les dirigeants sont Tareq Obrou, Hassan Iquouissen ou encore Ahmed Miktar, qui prône comme Rachid Abou Houdeyfa un islam politique incompatible avec les valeurs de la République. »
L'intégralité de sa prise de position se trouve dans l’article qu’il a publié sur son blog :


Ce sont des éléments assez terrifiants qui dénotent au minimum une forte naïveté d’Alain Juppé et me font douter de sa capacité de lutter contre le danger de l’islam politique qui gangrène la société française.

dimanche 2 octobre 2016

ISLAM EN FRANCE, UN REPORTAGE D’EXCEPTION

Je ne trouve pas des mots pour exprimer mes félicitations pour le reportage de grande valeur « Islam en France, l’echec de la République » réalisé par le journaliste Bernard de la Villardière et ses collaborateurs  sur la chaine M6.
Le caractère exceptionnel de ce reportage peut être souligné par plusieurs caractéristiques :
-         --  C’est un documentaire assez exhaustif sur l’islam en France (car l’islam de France n’existe pas et il n’est pas prêt d’exister, soyons lucides) ; assez exhaustif autant par un sommaire rappel théologique concernant certaines facettes de cette religion mais surtout par une immersion de grande qualité dans le maquis de ses différentes tendances présentes sur notre territoire. Exhaustif mais aussi d’une clarté totale, en évitant le piège d’une présentation trop scolastique, ennuyeuse.
-          -- Un reportage qui évite les deux écueils extrêmes : d’une part la mièvrerie et l’angélisme qui accompagne trop souvent, jusqu’à la saturation, ce sujet ; d’autre part, une position anti-islam (je n’aime pas l’expression galvaudé et fausse d’islamophobie) qui aurait dévalorisé la valeur du reportage.(Sans compter une condamnation pénale.)
-         --  Enfin, le plus important, un courage intellectuel mais aussi physique (il a été plusieurs fois à la limite des agressions corporelles) dénonçant les nombreuses dérives de ce qui est l’islam politique (ou islam radical) et ses « marques de fabrique » : le salafisme, la Confrérie des Frères Musulmans (représentée en France par l’UOIF) et autres prêcheurs de haine et du rejet des valeurs républicaines. Dénonçant en même temps les politicards de basse envergure qui, par calculs électoralistes, ont souvent encouragé cet extrémisme. Un cas d’école : pendant que M. de la Villardière et son cameraman interviewait un imam sur une place de Sevran, un groupe de jeunes excités l’ont obligé de fuir sous la menace physique en lui criant  : « ici c’est chez nous, tu n’a rien à faire ». Le maire de cette commune, M. Gatignon (EELV) coupable évident de clientélisme et de communautarisme n’a trouvé mieux à faire que de s’insurger contre le journaliste, pas contre la bande de jeunes !
Pour l’instant je n’ai entendu aucune fatwa à son égard ou à l’égard de la chaîne M6, mais la cohorte de fanatiques islamistes et leurs souteneurs se sont manifestés pleinement sur Internet et les réseaux sociaux.
Qui sont les principaux « accusateurs » de l’émission ? Il n’est pas difficile de les reconnaître :
D’abord le tabloïd de triste facture, spécialiste dans la propagande islamo-compatible, « Les Inrock » avec des imprécations et accusation du même type que les procès staliniens. Rien d’étonnant…


20 Minutes lui emboîte le pas, avec un titre qui  évoque clairement  son positionnement : « L’émission de M6-scandalise les téléspectateurs » Quels téléspectateurs ? Ceux… triés sur le volet, comme vous pouvez le constater vous même :


Enfin, la liste des torchons charia- compatibles (toute la gente d’extrême gauche radicale) n’est pas complète sans Télérama (appendice du Monde Diplomatique !), qui s’attaque pas seulement à M. de Villardière mais aussi à Manuel Vals, à d’autres critiques de l’islam radical et aux français aussi ! Car ces français ont osé affirmer dans un sondage que 63 % des musulmans en France considèrent que la religion est au dessus des lois de la République.

Pour tirer une conclusion pour ces Messieurs-Dames, si le peuple pense « mal » il faut changer le peuple. Sauf que le peuple est à la limite de sa patience et prochainement leur sautera à la figure. Dans les urnes !

dimanche 31 juillet 2016

Nous sommes en guerre ? Drôle de guerre…

La grande majorité des responsables politiques récitent en boucle, comme un psaume : « nous sommes en guerre, nous sommes en guerre… »
Il me semble que nous sommes plutôt dans une espèce de drôle de guerre, similaire à celle de ’39, avec des différences sensibles, mais conduisant au même désastre annoncé.
La réalité de la guerre est indéniable, elle nous a été déclaré et notifié par le Daesh. Mais en fait, nous faisons face à deux guerres, contre le même ennemi, l’islamisme ; une sur les fronts extérieurs et l’autre à l’intérieur de nos frontières.
Si la première se déroule d’une manière plus ou moins classique et avec quelques succès (relatifs), la deuxième est un guerre diffuse, protéiforme, avec des troupes ennemis disséminés partout sur notre propre territoire, disposant de très importants moyens humains, logistiques et  ayant le support des  complices puissants et nombreux. Or, cette guerre nous ne la menons pratiquement pas, sauf quelques coups de menton et des moyens d’opérette.
Notre ennemi est d’autant plus fort, car il dispose au-delà des moyens cités ci-dessus, d’une arme redoutable, arme qui nous fait défaut à nous : la détermination psychologique, l’endoctrinement,  la forte conviction  de la justesse de leur lutte qui ne leurs font pas craindre la mort.
Parlons de leurs moyens. Si ce n’étais que les quelques 11000 individus connus et/ou fichés comme radicalisés, ceci aurait été plus simple. Mais derrière, ils disposent d’un important réservoir humain  conditionné et endoctriné par la puissante mouvance salafiste et aussi la forte confrérie des Frères Musulmans, représentée par l’UIOF en France. Ensuite, il y a toute une nébuleuse de groupes  de la haute délinquance avec des structures permettant l’apport des armes et munitions, moyens techniques et procurant d’autres individus issus de leurs rangs,  prêts à passer à l’action. L’osmose  entre la délinquance et le djihadisme à été mise en lumière dans la majorité des cas connus ces dernières années.
Enfin, il ne faut pas oublier la complicité active, volontaire ou involontaire d’une nuée de groupes et groupuscules qui constituent un apport indéniable :
-          ---En premier, des formations qui agitent les banlieues dans le but de créer les prémices d’une prise de pouvoir ; je cite le Parti de Indigènes de la République et des formations d’extrême gauche comme le NPA, le Front de Gauche appuiés par des mouvements volatiles comme les initiateurs des  « Nuits Debout » et par certaines têtes brulées issus des syndicats SUD et CGT.
-          ---Les minuscules mais très agissants et violents groupuscules anarchistes ou nihilistes genre les Black-blocs, les  ZAD’istes, les No Borders, les Antifa (drôle de nom pour des individus agissant en vrai fascistes…) et autres casseurs professionnels.
-          ---Bien sur, une panoplie d’intellectuels plus ou moins autoproclamés de tendance crypto-marxiste, qui défendent nos ennemis en procurant une base idéologique fausse et délivrant le perpétuel message d’excuses (la sempiternelle discrimination), de culpabilisation de la République pour tous les maux de la terre et d’autres fantasmes engendrés dans leurs cerveaux embrumés par les quantités de substances toxiques ingérés dans le temps. Vous les reconnaitrez surement.

En face, les pouvoirs en place ne leur opposent pas des moyens appropriés à un état de guerre. Uniquement des mesurettes, avec le même effet qu’un emplâtre sur une jambe en bois quand l’urgence et la menace demandent des remèdes de cheval. Dans une guerre, tout Etat doit adopter une législation d’état de guerre, avec la panoplie adéquate. Sinon, la guerre est bel et bien  perdue. Ce qui malheureusement je crains qu’il nous arrivera.

dimanche 3 juillet 2016

DETRICOTER L’UNION EUROPEENNE POUR SAUVER L’EUROPE

Quel beau rêve, l’Europe, une Europe qui a réussi (partiellement) de sauver la paix pendant plus de 70 ans, une Europe qui devait créer les conditions d’une vie meilleure à ses peuples tout en conservant la spécificité et la diversité de chaque nation, enfin une Europe heureuse : Arcadia Felice !
J’y ai cru moi aussi, dans ma naïveté noviciale de jeune utopiste ! Et que trouve-t-on en fin de course ? Une Europe rigidifié, sclérosé sous le poids d’une armée des bureaucrates non élus, bénéficiant  des exorbitants privilèges et qui essayent de transformer les nations dans un hypermarché uniformisé, aseptisé et grisâtre. Des bureaucrates nommés pas en fonction de leurs compétences mais par des calculs d’épicier sur la base de leur appartenance nationale. Des bureaucrates coupés des réalités des peuples et leurs aspirations, occupant leur temps à fabriquer des normes, décrets et autres circulaires, les unes pour déterminer le diamètre des  pâtes (exemple fictif), d’autres pour imposer aux peuples des diktats souvent en totale contradiction avec le minimum de souveraineté nationale. Pire, un élargissement anarchique, la création de la zone euro sans contrôle des critères  constituèrent des erreurs fatales. Enfin des bureaucrates souvent d’une nullité affligeante, mis en place à Bruxelles car éjectés de leurs propres pays en raison de leur suffisance ou incompétence.
Il est temps que cette gabegie et ce capharnaüm cesse, les peuples n’en peuvent plus et l’exemple du Brexit ainsi que la montée des mouvements national-populistes europhobes le confirme.
La France, celle d’après 2017,  a un rôle majeur  dans l’œuvre d’une recomposition salutaire. Dans ce sens, une déclaration du bureau politique des L. R. va dans le bon sens, préconisant le retour aux frontières nationales en attente d’un vrai Schengen, une vraie gouvernance limitée aux principes régaliens tout en respectant la souveraineté nationale, etc.


Cette déclaration constitue une base des idées, mais elle est insuffisante se limitant à un « minimum syndical ». Une vraie refondation doit aller beaucoup plus loin :
-          --- Par la mise en place immédiate du principe de votation à la majorité simple des Etats et/ ou des populations à la place de la paralysante unanimité actuelle. Concomitant, une gouvernance composée d’un vrai Président élu, avec un gouvernement restreint à 10 ministres ayant des pouvoirs décisionnels dans un cadre précis.
-          --- Avant que l’Europe puisse fonctionner correctement, il y a lieu de réaliser un minimum de cohérence économique, fiscale et sociale entre les Etats membres. Ce processus demande un nombre d’années conséquent ; avant d’arriver à cette étape, le fonctionnement de l’Europe doit être basé sur un système à trois cercles : le premier composé par les 6 Etats fondateurs, un deuxième incorporant les Etats ayant des critères approchants (les Etats Nordiques, par exemple) et un troisième avec le  reste des Etats. Le pouvoir de décision revenant prioritairement aux premiers cercles, les autres bénéficiant de la clause de subsidiarité.
-         ---Restructuration et renforcement des services spéciaux destinés à la lutte contre le terrorisme, avec une collaboration parfaite et une unification des méthodes de travail et des systèmes technologiques. Des lois d’exception concernant les terroristes actifs ou potentiels doivent être mises en place pour lutter efficacement contre ce fléau qui constitue un danger majeur pour la pérennité même de notre civilisation.
-        ---En réduisant drastiquement le nombre des commissions au maximum à 15 (à la place de 28, car le nombre des commissions fut « déterminé » en fonction du nombre des Etats…) et une diminution de plus de 50 % de leurs membres, sélectionnés suite un audit exigent, nommant uniquement des personnalités d’une compétence et une probité irréprochables. Commençant par le limogeage de M. Juncker dont la présence est notoirement superflue.
-         ---La mise en place des mesures urgentes pour la protection des intérêts économiques de l’Europe face à une concurrence sauvage, déloyale et immorale (l’exploitation des petits enfants, l’absence de lois sociales comparables etc., etc.)
-         ---Une politique courageuse de régulation des flux migratoires, avec la mise en place des mesures de rapatriement des personnes entrées irrégulièrement et n’ayant pas le droit à l’asile politique. Pour des pays en guerre, la création des zones de protection des populations déplacés sur leur propre territoire, protégés et aidés par des forces internationales. (sur l’exemple positif du Kurdistan irakien)

Bien évidement, ces mesures doivent être complétés et définis en détail, mais si elles ne sont pas réalisées dans des délais courts, l’Europe signe son arrêt de mort et son actuelle « gouvernance » sera la principale coupable. 

mercredi 22 juin 2016

RÉFLEXIONS SUR LE COLONIALISME, L’ESCLAVAGISME ET LE RACISME

Pour être clair et précis sur ma position : je condamne d’une manière ferme ces trois fléaux de l’humanité qui ont causés (et continuent de causer) des grandes tragédies.
Le seul but de ces réflexions est de mettre en évidence une réalité imposée par la dictature de l’idéologie dominante : c’est  l’européen – de facto blanc et chrétien – qui est le seul, l’unique responsable de ces abominations et personne d’autre ! Point à la ligne, c’est là dogme de nos biens pensants que nous devons, que nous avons l’obligation d’accepter sans discussion. Et je me permets de mettre en doute cette doxa dans les trois chapitres suivants.

1 SUR LE COLONIALISME

Bien sur, personne ne peut contester que  le colonialisme européen à bel et bien existé. Mais, il est apparue bien plus tard que d’autres : d’abord au 16-siècle (avec la découverte du Nouveau Monde) pour se répandre jusqu’au 19-ème, à son apogée.
Comme résultat, des accusations et des demandes incessantes de repentance de la part de certains pays.
Mais le colonialisme, par définition l’occupation des autres pays par la force et l’asservissement des populations autochtones, à toujours existé (il subsiste encore ici et là) depuis que l’histoire de l’humanité nous enseigne. Alors, pourquoi nos doctes « directeurs de conscience » autoproclamés nous obligent d’occulter cette réalité ?
Que dire du colonialisme barbare, atroce et génocidaire du  turc-ottoman dont l’actuel dictateur ERDOGAN a l’ambition de le réactualiser ou au moins de le sanctifier ? L’empire ottoman a colonisé un énorme croissant géographique, partant des pays des Balkans, du Proche et Moyen Orient jusqu’à l’Afrique du Nord. Et cette colonisation a duré pendant plusieurs siècles, jusqu’à l’écroulement de l’empire, à la fin de la première guère mondiale Cette colonisation fut accompagnée par  des massacres d’une barbarie  indescriptible, des conversions forcés des populations indigènes à l’islam, de l’étouffement brutal de toute velléité d’autonomie et surtout du premier génocide de l’histoire,  celui des arméniens. Sans compter une politique d’éradication systématique de chrétiens.  
Quels pays demandent aujourd’hui là repentance ou des réparations pour cette politique colonialiste barbare et relativement récente ? Aucune ! Où sont nos tenants de la doxa du colonialisme exclusivement européen qui eux, accusent perpétuellement la France, la Grande Bretagne et autres de pratiques colonialistes ? Aux abonnés absents.
Il faut souligner une très grande différence entre ces deux type de colonialisme : celui européen et celui ottoman :
-       °    Le premier n’avait absolument aucune tendance d’éradication des populations autochtones par rapport au deuxième qui l’a pratiqué volontairement.
-       °   Le premier à contribué au développement culturel et à l’instruction des populations ; rien de cela pour celui ottoman sinon la pratique de  l’islamisation forcée d’une partie des populations.
-        °   Les colonialistes européens ont eu un apport positif par des réalisations qui subsistent encore de nos jours : des infrastructures (écoles, hôpitaux, bâtiments publics, infrastructures routières et ferroviaires, etc.)  Le deuxième ne laissant derrière lui que des mosquées.
 Allons plus loin encore dans l’histoire des colonies et colonisateurs. L’empire romain a incorporé des territoires immenses, dont notre propre Gaulle. Sommes-nous prêts à demander des excuses aux italiens et à l’Italie pour cette période ? Rien de cela, au contraire nous sommes reconnaissants pour les réalisations de grande valeur dont certaines subsistent encore : des amphithéâtres, des arènes, des aqueducs, des ponts, etc.
Un autre exemple, saisissant : les États Unis fut une colonie anglaise jusqu’à la fin du 18-e siècle et son indépendance fut obtenue après une guerre douloureuse et coûteuse en vies humaines. Actuellement, la Grande Bretagne (Brexit ou non...) est l’allié le plus fidèle et pérenne des USA, plus que la France qui les a aidés militairement et financièrement dans la guerre d’indépendance !
L’empire perse, aussi bien que  le très court empire macédonien d’Alexandre le Grand sont d’autres exemple de même  ordre avec les mêmes exactions, mais personnes n’a l’idée de demander des comptes à l’Iran actuel et encore moins à la Macédoine.
Que dire de l’occupation et la colonisation du sud de l’Espagne pendant plus de 5 siècles  par les dynasties arabes, les Omeyyades,  Abbassides et Almoravides ? Dans ce cas c’est une partie d’Europe qui fut colonisée et pas vice versa.
Phénomène assez troublant : les récriminations incessantes émanent de certains pays de l’Afrique de Nord et particulièrement de l’Algérie sous le diktat du FLN. Mais aucun pays du Maghreb ne pense à accuser l’Arabie Saoudite d’où venaient les armées du calife qui envahirent  l’Ifriqiya (l’Afrique en arabe) et les colonisèrent (fin 7-e et 8e siècle) y compris la conversion forcée des populations berbères.


 Le pouvoir actuel de l’Algérie-FLN continue à tenir la population Kabyle (berbère) sous une férule culturelle et linguistique et refuse d’accéder aux demandes d’autonomie pour cette population non arabe. Mémoire sélective ? Bien sûr, car il « oublie » aussi de se souvenir qu’à l’époque de l’occupation française l’Algérie et le peuple algérien n’existaient guère, il n’y avait que de tribus dont certaines avaient comme activité principale ...le piratage !  
Je le répète, la colonisation, qu’elle fut pratiquée par des européens ou non, est condamnable moralement. Mais de réitérer des accusations, des demandes de réparations indues simplement pour cacher l’effroyable gâchis des politiques menées depuis l’indépendance est  condamnable. Et la réalité saute aux yeux : toutes les autres pays colonisés ne demandent qu’une collaboration fructueuse avec l’ex métropole (voir le Vietnam avec la France, les pays d’Amérique Latine avec l’Espagne et le Portugal pour  ne pas citer que ceux-ci)
Toutes ces réalités maintenues sous la silence par la chape du politiquement correct méritent d’être dites !

Pour les deux autres chapitres, dans un article à venir.

jeudi 26 mai 2016

CGT, SYNDICAT CRIMINEL

Tout d’abord, il s’agit d’une utilisation erronée du mot « syndicat », car un vrai syndicat représente et défend les intérêts des salariés. Or, pour la CGT (comme aussi pour les autres groupe de même appellation) la non représentative est flagrante : 692000 adhérents revendiqués par elle-même.. Par rapport à la masse salariale globale du pays c’est moins de 2,9 % et dans le secteur privé moins de 1 %. Chiffres ridicules, qui démontre qu’il s'agit d’un groupuscule, mais un groupuscule qui a un pouvoir de nuisance énorme et disproportionné par rapport à ce qu’il représente.
Pour moi, la CGT s’assimile à une secte : un gourou à sa tête -  
Philippe Martinez - un Staline de pacotille - (la moustache comme symbole) entouré des gros bras qui fonctionne dans le plus pur système mafieux.
 Pourquoi un syndicat criminel ?
-          D’essayer de mettre en danger toute l’économie d’un pays pour des bas intérêts propres, ce n’est pas un acte criminel ?
-          De créer le chaos dans les entreprises avec le danger réel de plus de chômeurs ce n’est pas criminel ?
-          D’empêcher le personnel médical et paramédical de se déplacer pour apporter des soins aux personnes âgées et/ou malades, ce n’est pas un acte criminel ?
-          De faire des manifestations continuels avec des violences contre les forces d’ordre amenant à des attaques ad hominem, des blessés graves parmi les policiers, ce n’est pas criminel ?
-      Enfin, le pire de tout, ces action criminelles ont un effet néfaste à l'étranger, avec comme conséquence la perte d'attractivité de notre pays, le refus de nouvelles implantations industrielles et commerciales et la délocalisation accru des sociétés étrangères.
Voilà le spectre de l'action cégétiste, augmentation encore plus forte du chômage de masse, et la dégradation du niveau de vie des français !
Et tout ça, pourquoi ? Simplement pour des intérêts de caste, les intérêts propres aux délégués et militants CGT, rien de plus. Car l’article 2 de la loi « Travail » stipule le remplacement des  accords au niveau d’entreprise à la place des accords de branche. Ce que veut dire simplement la mort de la CGT dans le secteur privé. Car au niveau de branche c’est elle qui était l’interlocuteur du patronat, tandis qu’au niveau de branche, en fin de compte ce sont les salariés qui ont le dernier mot et non pas la CGT.
Je suis entièrement d’accord (pour une fois) avec le Premier Ministre, il ne faut pas céder sur ce point a aucun prix !
Vive la mort de la CGT, une exécution capitale, la fin de cette secte stalinienne  !



lundi 23 mai 2016

COMMENT LUTTER CONTRE LES ACTES DELICTUELS PENDANT DES MANIFESTATIONS

Tous les citoyens et les organismes victimes des dégradations des biens publics et privés ou par la perte de jouissance des locaux pendant certaines manifestation sont ulcérés, révoltés, exaspérés par la répétition des actes de vandalisme menés par des professionnels de l’anarchie et de la sauvagerie.
Que dire des forces de l’ordre, victimes des actes de violence inadmissibles menant souvent à des blessures graves.
Tous ces actes ne peuvent pas être tolérés dans un pays civilisé et malheureusement la France montre  un très mauvais exemple en la matière.
Il y a des solutions, mais elles demandent un pouvoir politique fort et courageux, qualités absentes aux gouvernants d’aujourd’hui comme ceux d’hier. Si des mesures efficaces ne seraient pas adoptées par les pouvoirs publics, la France risque de se voir glisser vers une forme de gouvernement autocratique sinon dictatorial dans un proche avenir, sinon pire, une réelle guerre civile.
Dans l’espérance d’un changement salutaire du pouvoir suite aux élections de 2017, je me permets de faire les  propositions  suivantes :
1 Toutes les manifestations autorisées doivent être déclarés en Préfectures dans un délai convenable pour examiner ensemble avec les organisateurs les mesures adaptées pour éviter les débordements. Toutes les dépenses liées aux destructions ou détériorations de biens publics ou privés, y compris les dépenses d’assurances maladie des éventuels cas de blessures seront imputées intégralement aux organisateurs de ces manifestations. C’est à eux, avec leurs propres services d’ordre (appuyés si nécessaire par des forces d’ordre publics), d’assurer le déroulement pacifique de la manifestation et de prendre leurs responsabilités.
2 Pour les individus présents dans les manifestations dont il est prouvé qu’ils ont pris part aux saccages, application automatique des peines de prison graduées assorties des sanctions financières dissuasives.
3 Pour des personnes étrangères participants à ces actes, interdiction définitive du territoire.
4 Les services de renseignement doivent suivre tous les leaders et les meneurs de ces groupes avec des lourdes sanctions à la clé.
5 Les mêmes mesures proposés ci-dessus doivent être appliqué pour des délits tel que :
-          blocage de voies publiques non autorisés
-          blocage des accès aux  institutions publiques ou privés (exemple raffineries)
-          occupation des lieux publics ou privés non autorisés
Toutes ces mesures doivent être mises en place dans les 100 jours après  l’arrivée au pouvoir  du nouveau gouvernement par des décrets  réglementaires élaborés dans le Conseil de Ministres et signés par le Président de la République.
  

mardi 17 mai 2016

DU RIFIFI CHEZ LES ECOLOS

Dans le parti écologiste appelé EELV, nous avons toujours été habitué à un bordel continue et lassant (je présente mes excuses pour l’utilisation de ce gros mot, bien qu’il soit trop faible par rapport à l’ambiance délétère de ce micro parti)
Ambiance normale, en raison de la présence des « personnalités » tel que la khmer rouge-verte et fortement azimutée  la mal nommée Joly, ou le sinistre moustachu (non, pas Hitler !) de nom Noël Mamère.
Mais cette fois-ci, nous sommes arrivés à la nuit  des grands couteaux ! Nuit qui se prolonge…
Après la défection des principaux leaders pas encore complètement fous pour vivre dans ce guêpier (Jean-François Placé et Edmond de Rugy), voilà le massacre en bonne voie. La chefesse, la « capo di capi » de ce qui reste  de cette bande déstructurée - Mme  Duflot - a vu rouge quand sa collègue Emmanuelle Cosse nommé par ses soins à la tête du groupuscule, donna sa démission pour un poste de Ministre dans cet éphémère gouvernement. Et pire, crime de lèse majesté, dans le même poste  occupé par Cécile Duflot précédemment. ! Suite logique, comme dans la vraie mafia sicilienne, on doit couper des têtes !
Une tête toute trouvée, M. Denis Baupin vice-président de l’Assemblée Générale et accessoirement mari de la traîtresse Emmanuelle Cosse… Que M. Baupin n’était pas trop stimulé par la beauté trop enveloppée de sa moitié, c’est une chose compréhensible. Mes ses  penchants sexuels simili DSK (pas à ce point, quand-même)  dépassaient les limites raisonnables et  bien qu’elles soient connues de tous dans le microcosme parisien, l’omerta régnait.
Mais il fallait mal connaître le punch de Mme Dufflot qui a trouvé le moyen de punir la félonie de son ex protégée. Le coup a bien porté, au bon moment.
Maintenant, pas question de relever le dessous de  l’affaire au grand public, chose  pas trop reluisante pour la divine Cécile. Dès que le journaliste Eric Zemmour a fait lumière sur ce mini-événement, hop le procès !
Pas question de permettre à qui que se soit de s’en prendre à la future  candidate à l’élection présidentielle de 2017 !

Quand je dis que c’est la nuit des longs couteaux…  

dimanche 15 mai 2016

Pensées autour de l’annulation du concert à Verdun.

J’ai entendu Madame Azoulay, Ministre de la Culture, faisant une déclaration suite à l’annulation du concert du rappeur Black M aux cérémonies de Verdun. Elle a utilisé, parmi d’autres, l’expression « ordre moral nauséabonde » à l’égard des protestations  à l’origine de cette annulation.
Ordre moral nauséabond, venant de l’extrême droite…bien sur.
Entendant cela, je suis tiraillé entre un grand éclat de rire et un océan de stupeur devant  l’énormité de sa mauvaise foi. Car il est évident que Mme Azoulay n’est pas ignare ni inculte.
Donc pour elle, un « bon ordre moral » c’est Black M qui attaque la France la déclarant « pays de koufars » (mécréants en arabe, expression utilisé principalement par les salafistes et le djihadistes) ? Ou, elle lui donnerait le satisfecit pour les expressions contre les « youpins », contre les « pédés, (« coupe-leur le pénis, laisse-les morts sur le périphérique ») utilisés dans d’autres raps   ? Bien sur que ce sont des élégantes expressions d’un véritable ordre moral, d’après Mme le Ministre.
Je souhaite rappeler que pendant les manifestations contre la loi El Khomry, des bandes d’excités ont procédé à des razzias, des attaques ad hominem contre les agents de la force publique et des exactions tellement démesurées qu’un de ses collègues les comparait avec les années ’30. Sauf qu’elles émanaient des éléments d’une extrême gauche ultra violente, souvent les alliés naturels de la gauche dans les élections et même dans des gouvernements. Bien sur, pour Mme le Ministre ce sont des porteurs du « bon ordre moral »
Stupéfaction !
Comment ne pas l’être en l’entendant, en voyant que son ministère en accord avec le maire socialiste de Verdun n’ont rien trouvé de mieux pour les manifestations de la bataille de Verdun qu’un rappeur qui crachait sur son propre pays ?
Comment ne pas être, en écoutant un certain Todeschini (un obscur secrétaire d’Etat) exultant contre le Front National = part fasciste, à propos du même sujet ? Ce pauvre Ministre, il ne sait même pas ce qu’est un parti fasciste ! La France d’après la deuxième guerre mondiale accepte un parti fasciste officiel, ayant pignon sur rue ? On croit rêver. Mais sur quel critère de culture et/ou compétence  on  nomme des ministres et des secrétaires d’Etat dans la France de François Hollande ? 

 Je ne vote pas FN et je n’ai jamais voté pour ce parti. Mais je remarque l’adhésion croissante pour ce parti d’une majorité des anciens hommes et femmes de gauche ! Voir les actions de la gauche actuellement au pouvoir, il est évident que les ministres Azoulay et Todeschini sont parmi les meilleurs agents électoraux du FN.